NOUVELLES

L'armée soudanaise est déployée dans les rues de Khartoum

26/09/2013 10:13 EDT | Actualisé 26/11/2013 05:12 EST

KHARTOUM, Soudan - L'armée soudanaise a été déployée jeudi autour des principales installations et des stations d'essence de la capitale, Khartoum, au lendemain d'émeutes qui ont fait au moins 30 morts.

La violence a été provoquée par la flambée des prix du carburant dans le pays. Les prix du gaz et du pétrole ont immédiatement doublé après que le gouvernement du président Omar el-Béchir eut annoncé qu'il cessait de subventionner le carburant.

L'armée a aussi renforcé ses positions autour du quartier-général militaire de Khartoum et le long de la rue universitaire de la ville, qui se trouve à proximité du palais présidentiel.

Les manifestants ont mis le feu à au moins 20 stations d'essence, à Khartoum et ailleurs, en plus d'incendier plusieurs commissariats de police. Des commerces de la capitale ont été pillés et la police a tiré des gaz lacrymogènes en certains endroits.

Les rues de Khartoum étaient tranquilles après l'arrivée de l'armée, jeudi, mais la capitale demeurait sous tension. De nombreuses écoles étaient fermées et plusieurs craignent une nouvelle explosion de violence vendredi, surtout quand les fidèles quitteront les mosquées après leurs prières.

Un mouvement de jeunes militants affirme que les victimes sont mortes quand l'armée a tiré contre des foules, y compris contre les participants aux funérailles de deux victimes.

L'accès à Internet avait été rétabli jeudi après-midi, après une interruption de 24 heures.

Les émeutes, qui ont débuté dans l'État de Gezira, au sud de Khartoum, se sont peu à peu transformées en appel à l'expulsion du président El-Béchir, qui dirige le pays depuis plus de vingt ans. Le président fait par ailleurs l'objet d'un mandat d'arrestation de la Cour pénale internationale en lien avec le conflit en 2003 dans la région du Darfour, où quelque 300 000 personnes auraient péri dans les affrontements entre troupes gouvernementales et rebelles.

Le Soudan peine à s'approvisionner en carburant depuis l'indépendance en 2011 du Soudan du Sud, une région riche en pétrole.

La première tentative du gouvernement soudanais de sabrer dans les subventions s'était soldée par des manifestations semblables, mais elles avaient été violemment matées par les autorités.

PLUS:pc