NOUVELLES

En terre inconnue

26/09/2013 04:25 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - L'instabilité au poste de quart a plombé la saison des Alouettes. Mais au-delà des résultats décevants, elle a forcé l'équipe et ses partisans à confronter l'inconnu.

« Ça ne nous est pas arrivé depuis 16 ou 17 ans, mais c'est comme ça que ça fonctionne. C'est à force de voir jouer un gars qui devrait normalement être remplaçant que tu te dis qu'il peut avoir sa place dans cette Ligue », a fait remarquer l'entraîneur et directeur général, Jim Popp, au terme de l'entraînement de l'équipe, jeudi. 

Depuis l'arrivée de Calvillo à Montréal en 1998, la position de quart n'a jamais suscité d'interrogation sérieuse. Après avoir partagé la tâche avec Tracy Ham pendant deux saisons, le numéro 13 a pris les commandes de l'attaque, gravant au fil des ans son nom dans l'histoire du football canadien. 

Mais voilà, Calvillo souffre d'une commotion cérébrale qui a occasionné une commotion à l'attaque.

« À moins de faire un échange comme celui de Ricky Ray (passé des Eskimos aux Argonauts il y a un an et demi), tu dois t'en remettre à tes jeunes joueurs, poursuit Popp. Les Lions l'ont fait avec Travis Lulay il y a quelques années. Ce n'était pas concluant au début et maintenant, il gagne. Je ne dis pas qu'on a un Travis Lulay dans nos rangs, mais peut-être que si! »

Ce futur Travis Lulay aurait pu être Tanner Marsh, mais il ratera au moins les trois prochaines semaines à cause d'une déchirure à un ligament du pouce droit. 

Si une perle doit se révéler sous son vrai jour d'ici la fin de la saison, ce sera Josh Neiswander, 26 ans, ou Troy Smith, 29 ans.

La cause peut sembler perdue, mais il suffit de regarder ailleurs au Canada pour comprendre qu'il est possible de gagner avec un jeune quart. Depuis que Zach Collaros, 26 ans, a remplacé Ray, blessé, les Argonauts ont remporté trois de leurs quatre matchs.

De leur côté, les Stampeders de Calgary ont gagné les trois matchs dans lesquels Bo Levi Mitchell, 23 ans, a été le quart le plus utilisé.

Neiswander gagne en confiance

Josh Neiswander amorcera le match de dimanche face aux Roughriders de la Saskatchewan, à Montréal. 

« C'est un gars intelligent qui, chaque fois qu'il a joué, a démontré qu'il pouvait bien gérer un match », se réjouit Popp.

Neiswander, sans briller, a offert une performance respectable la semaine dernière.

« On a fait de nombreux ajustements pour simplifier le livre de jeux, ce qui nous a permis d'éviter au maximum les erreurs dites d'apprentissage, d'expliquer l'entraîneur. Même si nous avons perdu, Josh a montré des signes de progression. »

Après n'avoir complété que 61 % de ses passes en relève à Marsh face aux Lions le 15 septembre, Neiswander a atteint ses receveurs dans une proportion de 72 % face aux Tiger-Cats. Il a aussi évité les revirements.

« Ma confiance a augmenté ces dernières semaines, confie Neiswander. Ça va avec le nombre de répétitions que tu fais à l'entraînement et le nombre de jeux auxquels tu participes en situation de match. »

Smith dès dimanche?

Cette confiance, Jim Popp veut également la transmettre au quart substitut, qui théoriquement est le quatrième quart de l'organisation.

« Nous devons trouver le moyen de faire jouer Troy Smith. Il doit briser la glace et savoir qu'il peut compléter des jeux dans cette Ligue, car si Josh tombe au combat, c'est vers lui que nous devrons nous tourner », consent le directeur général, loquace, comme à son habitude.

« Josh est en observation depuis trois ans. Smith, lui, a l'expérience du football professionnel, seulement pas de la Ligue canadienne. Mais on ne saura pas ce qu'il peut nous offrir avant de l'avoir essayé. »

Popp a laissé entendre que Smith, qui a effectué quatre courses samedi dernier, pourrait voir plus d'action dès dimanche et - qui sait? - tenter ses premières passes. Alors qu'il estimait le récipiendaire du trophée Heisman 2006 prêt dans un ordre de 50 % à 75 % la semaine dernière, Popp parle maintenant « de 80 % à 100 % ». 

« En fait, 100 % est peut-être exagéré puisqu'aucun de nos quarts n'est à l'aise avec la totalité de nos jeux. »

Malgré les maigres 4 victoires des siens en 12 matchs et l'absence, pour l'instant, de solution efficace au poste de quart, Popp demeure optimiste.

« Peut-être serons-nous capables de renverser la situation dans les six prochaines semaines. Nous parviendrons à gagner avec un des gars en place et alors, l'avenir sera brillant au poste de quart. Mais nous devons commencer quelque part. »

Dimanche, face aux Roughriders, à Montréal. Voilà le moment où Popp aimerait amorcer cette nouvelle ère.

PLUS:rc