DIVERTISSEMENT

Riche programmation à Pop Montréal 2013

04/09/2013 05:03 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST
Jean-François Cyr

Montréal - À la barre du groupe The Dears depuis les 18 dernières années, Murray A. Lightburn a fait un pas de côté ces derniers temps pour travailler sur un premier projet solo, l'album MASS:LIGHT, sorti le 20 août. Au lancement de la programmation de la 12e année de Pop Montréal, mercredi matin à la Société des arts technologiques, le chanteur raconte le tumultueux, mais enrichissant processus qui a mené à la création de ce disque de qualité à l'origine du concert Mass: Light An Electronic Pop Opera offert dans le cadre du festival international de musique, qui aura lieu du 25 au 29 septembre 2013.

« J'ai tout fait seul », lance en anglais Lightburn comme s'il en était encore surpris lui-même. « It was such a fucking long journey (ce fut une putain de longue aventure) ». Après deux ans de travail, je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre. Quelque part en avril ou en mai, je n'osais même pas faire entendre les chansons à qui que ce soit. »

« C'est comme si on m'avait plongé pour la première fois de ma vie dans la musique », poursuit-il. « C'est totalement différent de ce que j'ai pu accomplir avec The Dears. J'étais laissé à moi-même. Avec du recul, je pense que j'ai fait ça pour m'améliorer. C'est une très bonne expérience. Je serai un meilleur artiste pour le groupe dans ses éventuels projets. Je suis très fier en tout cas d'avoir mené l'album à terme. Il y avait beaucoup de scepticisme à mon endroit. Mais Adrian Popovich y croyait et s'est finalement occupé du mix. »

C'est donc une sorte de nouveau départ pour Murray A. Lightburn dont le résultat est concluant. D'autant plus respectable qu'il représente une tout autre manière d'approcher la musique. Lightburn a délaissé le son indie rock de sa formation The Dears (formée aussi du guitariste et claviériste Rob Benvie, du guitariste Patrick Krief, du bassite Roberto Arquilla, du batteur Jeff Luciani et de sa femme et mère de ses deux enfants Natalia Yanchak à la voix et aux claviers), souvent comparé à The Smiths, pour des ambiances électropop réussies qui marient notamment synthétiseurs, orchestrations d'instruments variés et une voix dramatique, mais séduisante.

« En effet, l'électronique prend une place importante. Elle a influencé beaucoup les arrangements. Tout est électro excepté les cordes, les cuivres, le tambourin et les voix. Je pense qu'il existe quand même quelque chose de familier avec la musique que je fais avec The Dears (il cite notamment en exemple la première pièce de l'album Motherfuckers, qui ressemble beaucoup au travail de son comparse Krief). Cela dit, Mass: Light contient de toute évidence une part de nouveauté. C'est normal, c'est une aventure solo. D'ailleurs, je me suis inspiré beaucoup de compositeurs comme Bach ou encore le Japonais Isao Tomita (musique électronique), dont je suis un grand admirateur. J'ai aussi écouté plusieurs autres musiciens du classique, des artistes comme Rick James (funk et soul) et des groupes de Motown. »

Mass: Light An Electronic Pop Opera

Le 26 septembre à 22h, à la Fédération ukrainienne, Murray A. Lightburn donnera le tout premier concert en lien avec son album solo.

« J'ai fait quelques essais, mais ce sera mon baptême en public. Je me sens presque malade à y penser. Je prends ça au sérieux et j'espère être à la hauteur. Je travaille encore sur le concept du spectacle. Chose certaine, il n'y aura pas de formule full band. Peut-être des choristes et quelques autres trucs que je garde secrets pour l'instant. Tant que je peux chanter (c'est ma vie depuis que j'ai cinq ans), c'est ce qui compte. Je vais tout donner. Un opéra c'est chanter la vie, le drame. Le reste, je suis en train d'y voir... »

« J'espère seulement qu'il y aura un bon show de lumière, puisque le concert est intitulé Mass: Light, An electronic Pop Opera ! », s'exclame-t-il en riant.

Riche programmation Pop Montréal 2013

Au premier regard, la programmation de cette 12e année Pop Montréal semble l'une des plus importantes jusqu'à ce jour.

Outre les Shuggie Otis, The-Dream et METZ, participations déjà annoncées il y a un certain temps, on a pu en savoir davantage, mercredi, sur le menu musical, mais aussi artistique de Pop Montréal.

D'abord, quelques têtes d'affiche : Saltland, Killer Mike, Miracle Fortress et Moonface.

À ceci s'ajouteront des centaines d'autres artistes/groupes dont Dorothy Moore (la talentueuse chanteuse américaine de soul et de blues), Wild Nothing et Local Natives (gros concert au Métropolis), Seoul, Jessy Lanza et Foxtrott.

De chez nous, on peut souligner la présence de Patrick Watson, Braids (originaire de Calgary, les trois membres vivent à Montréal), Katie Moore, Kid Koala, Plants and Animals, Patrick Krief, Les Sœurs Boulay, Solar Year, Le Couleur, Amantani, AroarA, Buddy Mcneil & The Magic Mirrors, DJ Why Alex, Why?, Jason Bajada ou encore Yamantaka // Sonic Titan, le collectif multidisciplinaire.

Des tonnes d'autres artistes comme les touche-à-tout Elizabeth Price (photo, vidéo, texte, musique) et Andi State seront aussi de la partie.

La majorité des volets proposés les années antérieures comme le Symposium Film Pop, Kids Pop, Puces Pop et Fashion Pop (le défilé se tiendra au Rialto cette fois-ci) sont de retour avec leurs activités respectives.

Pour obtenir toutes les infos sur le festival, on peut consulter le site Web de Pop Montreal.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

La rentrée culturelle (Automne 2013)