NOUVELLES

Le plan Coderre sur les stationnements fait réagir ses adversaires

25/09/2013 10:59 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST

Les principaux adversaires de Denis Coderre dans la course à la mairie dénoncent vivement sa proposition de transférer à la Société de transport de Montréal (STM) la gestion des stationnements publics de la métropole.

Cette proposition fait partie du plan présenté mardi par l'Équipe Denis Coderre pour améliorer la mobilité, comme l'augmentation du nombre de voies réservées pour les autobus et la mise en valeur du taxi.

Denis Coderre trouve anormal que les stationnements publics de la Ville relèvent de Stationnement de Montréal, une filiale de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Il croit que le stationnement devrait plutôt relever de la STM, et que les revenus pourraient même financer les transports publics.

« Vous venez d'envoyer aussi un message important d'une cohabitation entre la voiture et l'autobus, entre la voiture et le métro, et ça, ça envoie un message extrêmement fort que vous faites tous partie de la solution », a expliqué Denis Codderre.

STM et stationnements doivent être séparés selon Marcel Côté

Cette idée a été très mal reçue par le chef de Coalition Montréal, Marcel Côté.

« Si vous êtes un bon administrateur, vous allez être capable de voir qu'il y a un conflit d'intérêts inhérent entre Stationnement de Montréal et la STM. Il faut que les deux soient dans des agences séparées », a plaidé le chef de Coalition Montréal.

« Peut-être un actionnaire commun qui est la Ville, mais deux agences séparées absolument. Si vous voulez avoir un fouillis, perdre de l'argent, mettez-les ensemble », a poursuivi M. Côté.

Marcel Côté s'entend toutefois avec Denis Coderre sur d'autres points, comme l'abandon des projets de navette ferroviaire et de tramway, jugés trop onéreux par les deux candidats.

Une « structurite coûteuse » déplore Projet Montréal

Le conseiller François Limoges, de Projet Montréal, signale quant à lui que pour mener à bien un tel plan, il faudrait que la Ville résilie l'entente actuelle avec Stationnement de Montréal. Une aventure qui s'avérerait coûteuse, selon lui.

« Actuellement résilier l'entente nous coûterait une fortune, donc c'est complètement irresponsable comme position, c'est de la structurite qui ne donnerait rien aux usagers », a déploré François Limoges.

Marcel Côté et lui s'entendent cependant sur d'autres points comme l'abandon des projets de navette ferroviaire et de tramway, jugés trop onéreux par les deux candidats.

Un reportage de Benoit Chapdelaine

PLUS:rc