NOUVELLES

Kenya: le groupe Al-Shabab évoque un bilan de 137 morts

25/09/2013 08:50 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST

NAIROBI, Kenya - L'attaque contre un centre commercial de Nairobi, au Kenya, a fait au moins 137 morts, selon ce qu'a affirmé mercredi le groupe qui en serait l'auteur, Al-Shabab.

Le groupe islamiste affirme que 137 personnes ont perdu la vie quand le gouvernement kényan a démoli le centre commercial. Un responsable gouvernemental a nié cette version et indiqué que les soldats continuent à fouiller le centre, sans rencontrer la moindre opposition.

Al-Shabab a aussi accusé le gouvernement kényan, lors d'une série de messages apparemment authentiques diffusés sur Twitter, d'avoir utilisé des gaz chimiques pour mettre fin à la crise.

Un porte-parole gouvernemental, Manoah Esipisu, a indiqué à l'Associated Press qu'aucune arme chimique n'a été utilisée, que l'effondrement du centre est dû aux incendies allumés par les terroristes et que le bilan des victimes civiles s'élève toujours à 61 morts. Six membres des forces de l'ordre et cinq militants ont aussi été tués, et onze personnes ont été arrêtées.

«Al-Shabab est connu pour ses allégations fantastiques et il n'y a absolument rien de vrai à ce qu'ils disent», a déclaré M. Esipisu.

Le bilan risque toutefois de s'alourdir, puisque des dizaines de victimes se trouvent encore possiblement dans le centre commercial.

Des photos et des vidéos montrent que le terrain de stationnement situé au sommet du centre s'est effondré, provoquant l'écroulement des étages inférieurs jusqu'au niveau du sol. Au moins huit civils et un militant ont alors été tués, selon M. Esipisu.

L'ambassadeur des États-Unis au Kenya a indiqué que des experts américains aident les forces kényanes à chercher des corps et à récolter des preuves dans le centre commercial. Des agents du FBI, la police fédérale américaine, et des experts israéliens étaient notamment sur place.

Par ailleurs, le Foreign Office a confirmé qu'un homme britannique avait été arrêté au Kenya. Le bureau chargé des affaires étrangères a déclaré dans un communiqué mercredi que les autorités britanniques étaient disposées à fournir une aide à cet homme.

Les responsables n'ont pas communiqué de détails sur l'homme qui serait âgé d'une trentaine d'années. Ils n'ont pas non plus voulu dire s'il était lié à l'attaque du centre commercial.

Le journal britannique Daily Mail a révélé que l'homme avait été arrêté lundi alors qu'il tentait de monter à bord d'un avion devant quitter Nairobi pour la Turquie. Le journal a mentionné que son visage était meurtri et qu'il agissait étrangement.

Un responsable kényan a pour sa part déclaré qu'une femme britannique et plusieurs Américains avaient participé à l'attaque au centre commercial mais n'a pas fourni de plus amples détails.

Certaines personnes qui ont survécu au siège ont déclaré à des journalistes que quelques-uns des assaillants avaient réussi à quitter les lieux dès les premières minutes de l'assaut des forces kényanes.

PLUS:pc