NOUVELLES

Jean Gagnon réclame un face-à-face avec Régis Labeaume

25/09/2013 04:49 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST

Le président du Syndicat des fonctionnaires municipaux de la Ville de Québec demande au maire sortant Régis Labeaume de débattre avec lui sur la question des déficits des caisses de retraite et des conditions de travail des employés dont il a fait l'enjeu principal de sa campagne électorale.

Jean Gagnon estime tout à fait légitime d'avoir un droit de parole dans le débat puisque les employés de la Ville sont les premiers concernés.

Il propose à Régis Labeaume un face à face sur la tribune de son choix dans la semaine du 8 octobre, ou après.

Jean Gagnon ne veut pas laisser le champ libre au maire sortant pour dire « n'importe quoi » et donner des chiffres « exagérés ».

« C'est sûr qu'il ne se fera pas contredire s'il parle tout seul. Tu peux dire n'importe quoi quand tu parles tout seul. Ce qu'on lui dit c'est: "Viens t'asseoir, on va en débattre. On va en parler de ce que c'est la réalité et les citoyens décideront" », lance Jean Gagnon.

Le président du Syndicat des fonctionnaires municipaux soutient que si le maire refuse son invitation « c'est qu'il a la chienne, c'est qu'il a peur et qu'il n'est pas capable de défendre ses dossiers ».

Régis Labeaume rejette l'idée et l'invite à se présenter comme candidat s'il veut participer à un débat.

« C'est une élection municipale. Moi, je vais débattre avec tous les individus qui se présentent à la mairie. Alors je l'invite à se présenter à la mairie et on débattra avec plaisir », a répondu M. Labeaume.

Par ailleurs, le maire sortant a confié mercredi avoir eu l'intention de tenir un référendum sur la question des caisses de retraite en même temps que l'élection générale du 3 novembre.

Il en a fait la demande au Directeur général des élections qui lui a répondu que les lois du Québec ne le permettent pas. Il aurait dû demander l'adoption d'une loi spéciale pour le faire.

PLUS:rc