DIVERTISSEMENT

«Feutres et pastels», le nouvel album de Lynda Lemay offre des couleurs à la vie

25/09/2013 01:32 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST
Ismaël Houdassine

Pour Lynda Lemay, le quotidien de nos existences n'est jamais tout noir ou tout blanc, mais plutôt Feutres et pastels. Entre les moments mélancoliques et ceux plus joyeux, la chanteuse dévoile avec son 13e album une personnalité toujours aussi sensible et ne s'interdit pas l'autodérision. Entrevue.

Les couleurs sont bien présentes. D'abord sur la pochette de l'album et puis dans le titre, Feutres et pastels comme une invitation au cœur des nuances de la vie. «Je trouve cela à la fois beau et significatif, explique-t-elle en entrevue. En plus, si j'ai choisi ce titre, c'est surtout parce qu'il représente bien les deux côtés de mon travail artistique. Il existe toujours deux pôles dans ce que je fais. Un côté plus sombre dirigé vers la douleur et les drames. Et un autre plus comique dans lequel je ne me prends pas vraiment au sérieux».

Du rire aux larmes, l'artiste nous invite donc à nouveau dans un voyage au cœur des émotions humaines parsemé de détours familiaux. «Je n'aime pas me répéter comme dans ces albums d'ambiance où tout est tellement homogène qu'on a l'impression d'écouter toujours la même chanson. Par contre, j'aime passer d'une émotion à une autre que ce soit au niveau des textes, mais aussi au niveau musical. Les thèmes sur la famille sont également très présents, parce que j'ai l'intime conviction que beaucoup de choses se décident dès notre enfance», dit-elle.

Ainsi Feutres et pastels se joue des orchestrations, mélange les rythmes et les tonalités. Un titre en particulier prénommé L'architecte où l'artiste n'a pas hésité à composer une véritable valse! «Oui, j'ose des choses que je n'avais jamais osées avant. Avec cette chanson - une de mes préférées - j'ai effectivement incorporé un texte sur une valse. J'avais la musique en tête, il ne me manquait plus que les paroles. J'y suis parvenue en me mettant à la place d'un homme pour avoir cette image terrible d'un fils qui attend désespérément de voir des encouragements dans les yeux de son père... mais qu'il ne verra jamais», raconte-t-elle.

Dénoncer les injustices

Ainsi, l'album est composé d'histoires crève-cœur. On pense bien sûr à certains titres tels que le très touchant Attendre son pays qui vient rappeler que l'indépendance n'est pas un projet oublié, malgré la longue attente et une certaine désespérance. Impossible non plus de ne pas parler de Cagoule, un texte engagé dénonçant le racisme ambiant. «C'est parti d'une confidence d'une amie qui avait fait l'expérience de la xénophobie lorsqu'elle sortait avec une personne noire. On pense naïvement que le racisme n'existe pas chez nous, que c'est chose du passé. Eh bien non! Cela existe encore», affirme-t-elle.

Voilà pour l'ambiance feutre de l'opus que l'artiste n'hésite d'ailleurs pas à qualifier de gros traits noirs pareils à des taches indélébiles. Alors, quand vient le pastel, nous voilà soulager de voir qu'il existe un antidote à la morosité. «Je me suis beaucoup amusée. Je me considère avant tout comme une raconteuse d'histoires. Par exemple, avec le morceau Les petits et les grands, je me moque tendrement de la taille des gens tout en allant chercher une certaine sensibilité afin d'émouvoir les gens», déclare-t-elle.

Des aléas de la vie en couple (Soupe chaude) au nouvel opium de l'amour (Café), l'album ne manque franchement pas d'humour et va jusqu'à se permettre un peu d'autodérision avec La femme chauve-souris. «C'est une chanson qui est née d'une belle rencontre lors du lancement de l'album d'Anik Bérubé», se souvient Lynda Lemay.

D'ailleurs, l'artiste en a profité pour se permettre une première dans sa carrière: celle d'interpréter une chanson qu'elle n'a pas écrite. «Durant cette soirée, j'ai fait la connaissance d'un jeune journaliste qui s'appelle David Nathan et qui s'est présenté en me disant être un de mes amis Facebook. Au fil de notre discussion, je l'ai bien fait rire en me plaignant non sans humour que je me trouvais vieille avec mon poncho sur le dos. Comme il commençait à écrire des chansons, il m'a proposé de m'en écrire une justement sur le thème de la vieillesse. J'ai accepté le pari et, quelques jours plus tard, je recevais La femme chauve-souris qui s'attarde avec ironie sur le temps qui passe et ses ravages sur le corps. C'est vraiment très drôle».

Mais Lynda Lemay prévient tous ceux qui auraient l'idée soudaine de lui envoyer des chansons. «Ce n'est pas la peine. Je n'ai pas perdu la passion de l'écriture. Je suis une auteure, alors j'ai encore beaucoup de textes qui attendent dans mes tiroirs», répond-elle en riant.

L'album Feutres et pastels de Lynda Lemay est disponible depuis le 24 septembre. L'artiste sera en tournée à travers le Québec de la fin octobre à décembre 2013.

Feutres et pastels

1 - Je tourne, je tourne

2 - Comment ça va

3 - Cagoule

4 - Quand j'étais p'tit gars

5 - Doux doux le méchant loup

6 - Reste avec elle

7 - Les petits et les grands

8 - L'architecte

9 - Café

10 - N'importe qui

11 - Soupe chaude

12 - Le petit chalet de bois

13 - Le grand tableau vert

14 - Attendre son pays

15 - Au ciel ou à la vie

16 - Emmanuelle et le fils du roi du ciel

17 - La femme chauve-souris