NOUVELLES

BAPE sur Mine Arnaud : les pour et les contre se font entendre

25/09/2013 05:45 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST

Les opinions continuent de diverger au sujet du projet de mine d'apatite à Sept-Îles lors de la deuxième journée des consultations du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

La Ville de Sept-Îles, qui a déjà manifesté son appui au projet de Mine Arnaud, a présenté son mémoire à la commission d'enquête. Le maire Serge Lévesque croit tout de même que certaines améliorations pourraient être apportées au projet de mine à ciel ouvert.

Il demande, entre autres, au promoteur de procéder à une caractérisation de la baie de Sept-Îles et d'élaborer un plan de fermeture et de restauration du site minier.

Un apport économique

Le maire soutient que les revenus de taxation de la future mine permettront à la Ville de maintenir ses services et de soutenir les infrastructures municipales.

De plus, la Ville refuse la tenue d'un référendum sur le projet puisque aux yeux du directeur général de la Ville de Sept-Îles, Claude Bureau, il s'agit d'« un outil pour polariser l'opinion ».

Si un référendum consultatif était organisé sur le projet et le non l'emportait, ce dernier doute que sa valeur juridique soit reconnue. « Dans l'état actuel du droit, ce n'est pas comme ça que ça se passe », a indiqué Claude Bureau.

La Ville de Sept-Îles s'en remet au conseil des ministres de prendre la décision d'autoriser ou non le projet.

Le milieu de la santé se prononce

Le directeur de la santé publique par intérim de l'Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord, François Desbiens, a fait part de ses préoccupations quant aux impacts possibles sur la qualité de l'eau, de l'air et du bruit.

Il estime qu'il est nécessaire d'avoir un « éclairage supplémentaire sur la problématique de la santé ».

François Desbiens a notamment évoqué la question de la source d'eau potable, le lac des Rapides, qui se situe à un kilomètre des limites du projet de Mine Arnaud. Selon lui, cette proximité la rend susceptible d'être affectée.

L'Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord demande également l'installation d'une station d'échantillonnage de l'air au parc Ferland si le projet voit le jour qui servirait de « sentinelle pour les autres secteurs de la ville ».

Une entreprise

Un premier entrepreneur, le directeur général du Groupe Nordique, Michel Lessard, s'est exprimé aux audiences du BAPE. Il a défendu la vitalité économique que le projet pourrait susciter au sein de la communauté et du milieu des affaires.

Les audiences publiques sur le projet de mine d'apatite se poursuivent jeudi au Centre des congrès de Sept-Îles. Samedi, la commission se déplacera au musée Shaputuan dans la communauté innue de Uashat-Maliotenam.

PLUS:rc