DIVERTISSEMENT

«Allume-moi», à V : Philippe Bond joue les entremetteurs

25/09/2013 07:34 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST
Courtoisie

La quête de l'âme sœur prend des allures d'immense happening dans Allume-moi, nouveau jeu que lancera V lundi prochain. Formule adaptée du concept australien Take me out, un dating show qui a cartonné dans 22 pays, le face-à-face est mené par un Philippe Bond tout à fait à son aise, et ne manque surtout pas de pétillant.

Dans un grand studio aux couleurs vives et aux jeux d'éclairage prononcés, 30 jolies célibataires se tiennent en demi-cercle, chacune derrière son petit lutrin muni d'une lumière. Un garçon se pointe devant elles et, tout au long de sa présentation, les demoiselles lui signifient leur intérêt en gardant allumée ou en éteignant cette lumière. Ainsi, dès que le jeune homme fait irruption sur le plateau, les filles peuvent fermer leur voyant si elles ne sont pas séduites par sa seule apparence physique. Deux vidéos, dans lesquelles le candidat décrit un ou deux aspects de sa personnalité, servent de deuxième et de troisième critère de jugement aux joueuses.

Entre chaque manche, Philippe Bond va recueillir les commentaires, positifs ou négatifs, parfois drôles, de quelques-unes d'entre elles. «T'as vraiment un beau petit look, tu te présentes bien, mais tu me fais penser à Fantasio dans Spirou, et Fantasio m'a toujours turné off», lancera l'une. «Il te manque un petit côté sportif, mais je suis sûre qu'il y a d'autres sports où on va bien s'entendre!», aguichera une autre. On comprend bien sûr qu'il faut prendre l'exercice avec un grain de sel, et on suppose que les gaillards qui sont passés sous l'enseigne d'Allume-moi étaient conscients qu'ils risquaient de subir un tel mauvais quart d'heure en pleine télévision.

Philippe Bond efficace

À la fin, s'il reste des ampoules allumées, le «pouvoir de l'amour» passe entre les mains de monsieur, et celui-ci doit s'élancer dans une course folle pour éteindre les lumières des filles qui ne l'intéressent pas. Il doit en choisir seulement deux, à qui il posera une question, dont la réponse lui permettra de trancher et de déterminer avec laquelle il veut aller poursuivre la conversation dans le «nid d'amour». Des images du tête-à-tête seront présentées dans l'épisode de la semaine suivante. Si le rendez-vous est concluant, le duo part en week-end romantique au Manoir du lac William, à Saint-Ferdinand, et on ne reverra plus l'heureuse soupirante élue à Allume-moi. Si, au contraire, la rencontre est décevante, la jeune femme reviendra joindre les rangs des joyeuses âmes esseulées. Le panel de prétendantes sera ainsi modifié petit à petit, à coup d'un, deux ou trois remplacements à la fois, tout au long de la saison.

Les plus enthousiastes auront du mal à bouder leur plaisir devant Allume-moi et son glaçage extrêmement festif, une mixture de cris de ralliement et de danses chorégraphiées. Et il faut donner à l'animateur, Philippe Bond, le crédit qui lui revient. L'humoriste insuffle une énergie sans pareille à l'ensemble, avec un feu roulant de blagues et de mimiques. Se présentant comme le grand frère des filles et l'ami des gars, il n'hésite pas à sermonner gentiment les participants lorsque ceux-ci sont trop durs et à les taquiner selon leurs différentes réactions. Il s'approprie le format à merveille.

Casting ouvert

Tous les épisodes d'Allume-moi ont été tournés en deux week-ends, aux studios Mel's, à Montréal, en mars dernier, mais c'est à Québec qu'on a recruté les vedettes féminines de l'émission, par voie de casting sauvage, dans les bars, les restaurants, et avec une campagne de promotion sur le réseau NRJ. La direction de V s'est enorgueillie d'avoir réussi à mettre la main sur des candidates aux profils variés, dont les métiers vont de l'entreprenariat et la biochimie à la musique. Certaines sont même mères monoparentales. Elles sont âgées entre 25 et 35 ans, environ, tout comme leur vis-à-vis masculin. Semble-t-il que plusieurs couples durables ont été formés dans le cadre de l'émission, tant devant la caméra qu'en coulisses.

Placé contre L'auberge du chien noir, à Ici Radio-Canada Télé, et Yamaska, à TVA, Allume-moi constituera une alternative intéressante pour les téléspectateurs qui ne sont pas friands de téléromans. V affirme avoir réalisé des sondages permettant de conclure que cette case horaire était judicieuse, et mise beaucoup sur ce choix de contre programmation pour se démarquer.

Allume-moi, dès le 30 septembre, à 20h, à V.

INOLTRE SU HUFFPOST

La rentrée culturelle (Automne 2013)