QUÉBEC - N'en déplaise à la majorité des élus, les quatre nouvelles membres nommées par le gouvernement au Conseil du statut de la femme sont là pour rester, a tranché mercredi la ministre responsable de la Condition féminine, Agnès Maltais.

Mme Maltais tourne ainsi le dos à une motion de l'Assemblée nationale, adoptée à 63 voix contre 43, enjoignant le gouvernement «à surseoir aux quatre dernières nominations», perçues par les partis d'opposition comme des nominations «partisanes» voire «idéologiques» en faveur du projet péquiste de charte des valeurs.

«Elles vont demeurer membres du Conseil du statut de la femme et maintenant, je souhaite qu'elles travaillent en paix. Je pense que le débat est terminé, on a mis un point final avec le vote», a dit Mme Maltais à l'issue d'un débat de deux heures en Chambre au sujet de la motion présentée par la députée libérale Maryse Gaudreault.

La ministre a dit ne pas se sentir liée à cette motion car, a-t-elle expliqué, les nominations ne relèvent pas de l'Assemblée nationale _ le législatif _ mais plutôt du conseil des ministres _ l'exécutif.

Reste que tous les partis d'opposition ont appuyé la motion alors que les membres du gouvernement, sans surprise, ont fait bloc contre la proposition.

La députée libérale Christine St-Pierre, tout juste revenue de ses émotions après avoir envoyé paître la première ministre Pauline Marois la veille, a fait part de sa déception.

«On est déçu parce qu'on pense qu'il y avait une belle perche qui était proposée de surseoir aux nominations tant et aussi longtemps que les études ne sont pas faites sur l'implication de la charte auprès des femmes dans la fonction publique», a-t-elle dit. Le message que la ministre envoie est: «si vous êtes de mon opinion, vous avez une nomination», a-t-elle dit.

Françoise David, de Québec solidaire, est également convaincue que le processus de nomination a été court-circuité pour privilégier des candidates partageant les vues du gouvernement sur les restrictions et interdits religieux.

Si la compétence des quatre femmes n'est pas remise en cause, leurs affinités avec le gouvernement dans le dossier de la laïcité donnent à leur nomination une allure suspecte, selon elle.

«Ça n'enlève pas leurs qualités mais quatre en quatre, c'est un peu beaucoup», a dit la députée de Gouin et cochef de la formation de gauche.

De son côté, la porte-parole de la Coalition avenir Québec dans ce dossier, Mycheline St-Laurent, a dit espérer que la pression populaire forcera le gouvernement à corriger le tir. Ces nominations compromettent l'indépendance du Conseil du statut de la femme, a-t-elle estimé.

«Ce sont quatre femmes extrêmement compétentes mais la seule qualité qu'elles n'ont pas, c'est la neutralité et l'indépendance», a souligné la députée de Montmorency.

En matinée, mercredi, Mme Maltais a réfuté les allégations de nominations partisanes mais a reconnu la convergence «idéologique» des nouvelles recrues du CSF en matière de laïcité.

La position du CSF, favorable à l'interdiction du port des signes religieux dans la fonction publique, a été réaffirmée dans un avis signé en 2011 par la prédécesseure de Julie Miville-Dechêne à la présidence de l'organisme, Christiane Pelchat.

«Si c'est idéologique par rapport à la position du Conseil du statut de la femme, en appui au Conseil du statut de la femme, oui», a déclaré Mme Maltais au sujet des récentes nominations controversées. Elle s'est empressée par la suite de préciser que le critère de «compétence» avait guidé au premier chef le choix des candidates.

La semaine dernière, Mme Miville-Dechêne a exprimé de fortes réserves à l'endroit du projet de charte des valeurs et a reproché au gouvernement péquiste d'avoir voulu «noyauter» le conseil avec le recrutement de membres sympathiques aux restrictions religieuses. La présidente du CSF refuse de se laisser guider par le seul avis de 2011 et souhaite qu'une étude soit menée sur l'impact de l'interdiction du port des signes religieux pour les femmes de la fonction publique.

En point de presse, la ministre Maltais a dit reconnaître au CSF «le droit de changer d'idée» sur ses positions antérieures mais du même souffle, elle a rappelé la «continuité historique» pro-laïcité de l'organisme-aviseur.

«Le Conseil du statut de la femme, depuis 1995, a une opinion très claire sur la laïcité. Ces femmes-là (les nouvelles membres), si elles pensent (toutes) pareilles, elles pensent comme le Conseil du statut de la femme», a-t-elle fait valoir.

Aussi sur Le HuffPost:

Loading Slideshow...