NOUVELLES

Un attentat à la voiture piégée fait trois morts à Damas; la famine menace

24/09/2013 09:45 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST

DAMAS, Syrie - Au moins trois personnes auraient été tuées par l'explosion d'une voiture piégée à Damas, en Syrie.

Les militants de l'opposition font plutôt état de sept morts.

Les médias officiels rapportent que la voiture a explosé mardi après-midi dans le secteur de Tadamon, dans la partie sud de la capitale, et que 11 personnes ont été blessées.

L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, fait état de sept morts et 15 blessés.

L'attentat n'a pas été immédiatement revendiqué, mais des voitures piégées ont déjà été utilisées par les rebelles qui tentent de renverser le président syrien Bachar el-Assad.

Par ailleurs, l'organisation humanitaire Save the Children a prévenu lundi que quatre millions de Syriens, dont la moitié sont des enfants, sont incapables de se procurer suffisamment de nourriture.

Les pénuries alimentaires sont aggravées par l'explosion des prix des produits de base, a dit le groupe, avant d'ajouter qu'un enfant sur 20 souffre de dénutrition grave dans la région de la capitale, Damas.

Six personnes seraient mortes de faim en banlieue de Damas au cours des derniers jours, dont un enfant de 18 mois.

Des milliers de personnes sont coincées dans les banlieues orientales et occidentales de Damas, qui sont contrôlées par l'insurrection et assiégées par les forces gouvernementales depuis des mois. Les résidants affirment que la nourriture est de plus en plus difficile à trouver, et les rebelles disent tenter de briser le blocus.

Lundi, la Coalition nationale syrienne, un groupe d'opposition, a accusé le régime Assad de resserrer son emprise sur le secteur. «Les forces d'Assad font mourir les gens de faim dans ces régions, a dit la coalition. La famine n'est pas loin.»

«Le monde n'a rien fait pendant que les enfants syriens étaient abattus, bombardés et traumatisés par l'horreur de la guerre, a dit le directeur de Save the Children au Moyen-Orient, Roger Hearn. Le conflit a déjà coûté la vie à des milliers d'enfants et il menace maintenant leur survie.»

Par ailleurs, l'ONU a annoncé que l'équipe d'inspecteurs en armes chimiques dirigée par l'expert suédois Ake Sellstrom sera de retour en Syrie à compter de mercredi.

Les enquêteurs se pencheront notamment sur une attaque chimique qui aurait été perpétrée le 19 mars dans le village de Khan al Assal, près de la ville d'Alep.

PLUS:pc