NOUVELLES

Traité sur le commerce des armes: la pression sur le Canada s'accentue

24/09/2013 05:55 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST

OTTAWA - La rumeur selon laquelle les États-Unis s'apprêtent à signer un traité des Nations unies visant à contrôler le commerce international des armes accentue la pression exercée sur le Canada pour qu'il se joigne à l'accord.

Selon l'Associated Press, le secrétaire d'État américain, John Kerry, signera le Traité sur le commerce des armes mercredi durant l'Assemblée générale de l'ONU.

La semaine dernière, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a envoyé une lettre au ministre des Affaires étrangères, John Baird, demandant que le Canada emboîte le pas aux quelque 85 pays signataires. Il n'a toutefois pas reçu de réponse.

Ottawa avait initialement accordé son appui au traité, mais M. Baird avait laissé entendre ce printemps que le gouvernement conservateur souhaitait étudier davantage l'accord avait de décider de l'adopter ou non.

Le ministre des Affaires étrangères avait dit craindre l'existence d'un possible lien entre la signature du traité et la récente abolition du registre canadien des armes à feu.

Amnistie internationale estime que l'adhésion de Washington à l'entente pourrait grandement contribuer à réduire la circulation des armes et à diminuer le nombre d'atrocités qu'elles entraînent.

Les États-Unis sont les plus importants marchands d'armes au monde et leur participation est considérée comme essentielle à la réussite du traité, même si les autres grands exportateurs et importateurs d'armes internationaux n'ont pas signé l'accord.

Le traité exigera des signataires qu'ils établissent des normes nationales afin de contrôler le transfert d'armes traditionnelles et de leurs composants, et de réglementer les commerçants. Il n'aura toutefois aucun impact sur l'utilisation des armes à l'intérieur des pays.

L'entente interdira aussi les transferts d'armes conventionnelles dans les cas où elles pourraient servir à commettre des génocides, des crimes de guerre ou contre l'humanité, et à attaquer des civils ou des édifices publics comme des écoles et des hôpitaux.

Plus de 85 pays ont signé le traité jusqu'à maintenant, mais il faudrait qu'au moins 50 nations le ratifient pour qu'il entre en vigueur.

PLUS:pc