NOUVELLES

Rohani: l'Iran "n'est absolument pas une menace pour le monde"

24/09/2013 06:33 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST
Getty
NEW YORK, NY - SEPTEMBER 24: Iranian President Hassan Rouhani addresses the U.N. General Assembly on September 24, 2013 in New York City. Over 120 prime ministers, presidents and monarchs are gathering this week for the annual meeting at the temporary General Assembly Hall at the U.N. headquarters while the General Assembly Building is closed for renovations. (Photo by Brendan McDermid-Pool/Getty Images)

Le président iranien Hassan Rohani a assuré mardi à la tribune de l'ONU que son pays ne représentait "absolument pas une menace pour le monde", appelant Barack Obama à ignorer les va-t-en-guerre et à privilégier la négociation.

"Si (les Etats-Unis) évitent de suivre les intérêts à court terme des groupes de pression pro-guerre, nous pouvons trouver un cadre dans lequel gérer nos différences", a-t-il déclaré lors de son discours devant l'assemblée générale de l'ONU, quelques heures après celui de son homologue américain.

"La république islamique d'Iran agira de manière responsable concernant la sécurité régionale et internationale", a poursuivi M. Rohani dans ce qui constitue sa première grande sortie internationale depuis son élection le 14 juin.

Le nouveau président iranien a aussi dénoncé avec virulence les sanctions dont son pays fait l'objet.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté six résolutions, dont quatre assorties de sanctions, pour contraindre Téhéran à suspendre certaines activités nucléaires, l'Occident soupçonnant que le programme nucléaire civil iranien dissimule une volonté de se doter de l'arme atomique. Elles ont été renforcées par un embargo financier et pétrolier des Etats-Unis et de l'Union européenne.

L'Iran "est prêt à coopérer (...) de manière bilatérale et multilatérale avec d'autres acteurs responsables", a poursuivi M. Rohani, qui a une nouvelle fois affirmé que son pays entendait utiliser l'énergie nucléaire "à des fins exclusivement pacifiques".

"Les armes nucléaires et les autres armes de destruction massive n'ont pas leur place dans la doctrine de défense iranienne et sont en contradiction avec nos convictions religieuses et éthiques fondamentales", a-t-il poursuivi.

"Nous défendons la paix basée sur la démocratie et le bulletin de vote partout dans le monde, y compris en Syrie et au Bahreïn et dans d'autres pays de la région", a poursuivi M Rohani.

"Il n'y a pas de solutions violentes aux crises du monde", a-t-il ajouté, dénonçant sans détours le recours aux drones dans la stratégie anti-terroriste américaine.

Qualifiant le terrorisme de "fléau violent", il a estimé que "l'utilisation de drones contre des innocents au nom de la lutte contre le terrorisme devrait aussi être condamnée".

Les Etats-Unis multiplient depuis 2004 les raids de drones dans les zones tribales semi-autonomes du Nord-Ouest du Pakistan, région frontalière de l'Afghanistan qui sert de sanctuaire aux talibans et à d'autres groupes islamistes armés comme Al-Qaïda.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.