NOUVELLES

L'attaque dans un centre commercial du Kenya a fait au moins 72 morts

24/09/2013 05:59 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST

NAIROBI, Kenya - Les terroristes qui ont pris le contrôle d'un centre commercial de Nairobi pendant quatre jours ont été défaits après avoir tué au moins 67 personnes, a déclaré mardi le président du Kenya.

Uhuru Kenyatta a précisé qu'on retrouve parmi les victimes 61 civils dont les corps ont été récupérés jusqu'à présent et six membres des forces de l'ordre. Près de 200 personnes ont été blessées, dont 62 qui sont toujours hospitalisées.

Trois étages du Westgate Mall se sont effondrés et plusieurs corps sont coincés dans les décombres, dont celui d'au moins un terroriste.

Cinq autres attaquants ont été tués lors des échanges de tirs, a dit M. Kenyatta.

«Nous avons humilié et défait nos agresseurs», a lancé le président lors d'une allocution à la télévision.

Onze autres suspects ont été arrêtés. «Ces poltrons devront répondre à la justice, tout comme leurs complices et leurs commanditaires, peu importe où ils se trouvent», a ajouté M. Kenyatta.

Le Kenya a proclamé un deuil national de trois jours à compter de mercredi.

Le ministère kényan de l'Intérieur avait indiqué un peu plus tôt, au quatrième jour de la crise, que trois soldats avaient succombé à leurs blessures et que huit autres étaient toujours soignés.

Une explosion et des tirs ont été entendus vers 6h30, heure locale, mardi. Une autre fusillade, plus intense, a éclaté environ trois heures plus tard, suivie de nouveaux tirs et de deux explosions vers midi. Un avion et un hélicoptère survolaient le centre commercial, qui continuait de brûler dans l'après-midi.

Les forces de sécurité ont retiré un cadavre du centre et un militaire vêtu d'une tenue antibombe a été aperçu sortant des lieux.

La morgue de Nairobi se préparait à l'arrivée de nombreux cadavres. Un porte-parole de la Croix-Rouge a indiqué qu'il ne savait pas combien de morts il pouvait y avoir à l'intérieur du centre commercial.

«Nous savons certainement qu'il y a d'autres victimes», a dit Abbas Gullet.

De son côté, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mardi qu'elle était prête à collaborer avec les autorités kényanes pour amener les responsables de l'attaque devant la justice.

Fatou Bensouda a précisé que l'attaque pourrait tomber sous la responsabilité de la CPI, même si la juridiction du Kenya a préséance.

On ne sait pas si le Kenya pourrait réclamer de l'aide de la CPI dans cette affaire, puisque sa relation avec la cour est tendue. Le vice-président kényan William Ruto et le président Kenyatta sous tous deux sous le coup d'accusations déposées par le tribunal.

PLUS:pc