NOUVELLES

Depuis 10 ans, Patrick Norman et le country ont fait leur nid à ARTV

24/09/2013 09:35 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Il faut le reconnaître; bon an, mal an, le country entretient ce petit côté séduisant qui attire toujours autant d'adeptes. Ces dernières années, le genre gagne même du terrain parmi les chanteurs québécois. Plusieurs ont déjà marqué le coup en passant un jour ou l'autre à «Pour l'amour du country», à l'invitation de Patrick Norman, celui qui ne «laisse pas passer la chance d'être aimé».

L'émission de ce samedi, 19h, à ARTV, débute dans sa formule habituelle, alors que tout un programme attend les téléspectateurs, en commençant par «Le Pénitencier» («House of the Rising Sun»), interprétée par Patrick lui-même, entouré de ses six musiciens et ses deux choristes. Puis, ses invités, Laurence Jalbert et Richard Séguin, dont c'est le premier passage à l'émission, enchaîneront les chansons dont plusieurs sont gravées dans le répertoire affectif des Québécois: «Crazy», «Le goût de toi», «Qu'est-ce qu'on leur laisse», «Mille après mille», «Lucille» et quelques autres tout aussi marquantes.

Et, d'une semaine à l'autre, les artistes se succèdent avec toujours autant d'intensité et d'authenticité pour interpréter les chansons qui parlent si bien de nous, êtres des grands espaces. Dans les semaines à venir, ce sont Bourbon Gautier, Louis Bérubé, Stephen Faulkner et Jérôme Lemay Jr qui y seront conviés.

Un cancer plus chouchouté que les autres

Selon les «Statistiques canadiennes sur le cancer», en 2013, au Québec, des 48 200 cancers qui seront diagnostiqués, les femmes récolteront 6000 cancers du sein, dépassant largement le cancer du poumon (le plus meurtrier) et le cancer colorectal.

Symbole absolu de la féminité, le sein est aussi intimement lié à la maternité et à la sexualité. À «30 secondes pour changer le monde», le lundi 30 septembre, 21h, à Télé-Québec, on étudie donc le fait que ce soit le cancer qui bénéficie du plus grand déploiement de marches populaires, de soirées bénéfices, de produits marqués du ruban rose dans le but d'amasser des fonds pour la recherche. Par quel phénomène a-t-on fait du cancer du sein le plus «favorisé» du lot?

La publicité joue pour beaucoup dans l'organisation de la vie des individus. Les campagnes publicitaires ont pour mission de sauver le monde, trente secondes à la fois. Dans les prochaines semaines, on se penchera sur l'impact des campagnes pour le suicide, l'alcool, le jeu et la pauvreté, entre autres.

Juifs et musulmans, l'histoire sans fin

TV5 présente, le lundi 30 septembre, 22h, le premier de quatre épisodes consacrés aux rapports juifs-musulmans depuis l'an 610, alors qu'ils étaient frères, jusqu'à nos jours, en plein cœur du conflit israelo-palestinien, soit quelque 1400 ans d'histoire. Superbement illustré, ce documentaire remonte donc à la nuit des temps pour expliquer comment alliances, rejets, affrontements de deux peuples divisés dans leurs croyances religieuses prônant pourtant l'amour, la charité et le pardon, ont débouché sur une guerre perpétuelle, dans les lieux mêmes où le Christ a vécu.

Annette (Marie-Chantal Perron) s'est mis en tête d'offrir les meilleures conditions possibles pour que Normand (François Chénier) récupère de son AVC. Elle projette donc d'amasser des fonds pour l'envoyer en clinique spécialisée. Le jeune Loïc (François Gervais) aura-t-il à répondre de ses mensonges et de ses manigances? Roxanne (Sandrine Poirier-Allard) voudrait bien convaincre Félix (Dany Boudreault) de signer un consentement parental pour qu'elle puisse emmener sa fille en vacances. Anaïs (Marie Turgeon), la nouvelle mariée, telle une araignée, tisse sa toile, mine de rien. Bernard, son conjoint, de nature pourtant perspicace, s'en rendra-t-il compte? À «Destinées», le mardi 1er octobre, 20h, à TVA.

À Ztélé, les enquêteurs paranormaux qui parcourent l'Europe se rendent, cette fois, en Allemagne, au château Frankenstein dont le nom évoque à lui seul des souvenirs angoissants puisqu'il était ce personnage qui détenait le secret pour redonner vie aux êtres décédés. Munis d'équipements techniques sophistiqués, les enquêteurs capteront effectivement des ombres, des voix, qui confirmeront les expériences vécues par ceux qui ont franchi les murs de ces lieux. «Traqueurs de fantômes International», le vendredi 4 octobre, 22h.

À RADIO-CANADA: quand l'enfant quitte le foyer, c'est toujours une étape difficile et en particulier pour Natalie (Anne Dorval), qui tente d'alléger sa peine en allant aider Thomas (Joey Scarpellino) à s'installer chez lui. Ce qui n'empêche pas l'aîné de s'offusquer du fait que Zak (Louis-Philippe Beauchamp), le cadet, semble bénéficier de permissions que Thomas n'avait pas à son âge. «Les Parent», le lundi 30 septembre, 19h30.

À TVA: ce dimanche, 19h30, au «Banquier», on donne dans la «Broue» car le concurrent de ce dimanche, 19h30, travaille dans une taverne depuis 41 ans. On a donc invité Michel Côté, Marc Messier et Marcel Gauthier — qui connaissent bien le sujet après 3000 représentations applaudies par plus de trois millions de spectateurs en 35 ans — pour donner la réplique au participant.

À TÉLÉ-QUÉBEC: dans la série «Écoles à l'examen», on visite le Collège Sainte-Anne, où les étudiants ont davantage le sentiment de se rendre au travail plutôt qu'à l'école car leur apprentissage est géré comme une entreprise qui n'a rien à voir avec la bureaucratie et les responsabilités du système public, le mercredi 2 octobre, 19h. Parmi les sujets d'«Une pilule, une petite granule», on s'intéresse à la psychose chez les jeunes de même qu'au cas d'une mère de 16 ans, le jeudi 3 octobre, 20h.

À CANAL VIE: s'il n'est pas un spécialiste du marteau, Patrice Coquereau sait comment s'y prendre pour faire rire la galerie, ce à quoi il s'applique lorsque Marie-Christine Lavoie et son équipe entreprennent l'aménagement de sa terrasse. Bien que la terrasse soit située en plein cœur de la ville, la designer réussit à lui offrir un décor chic et intime au grand bonheur du comédien. «Design V.I.P.», le vendredi 4 octobre, 19h30.

À CINÉPOP: il y a 40 ans, quand «Le dernier tango à Paris» est sorti en salle, il a fait scandale. L'action se passe principalement entre Paul (Marlon Brando), 45 ans, complètement déstabilisé après le suicide de sa femme, et Jeanne (Maria Schneider), jeune femme de 20 ans, volage et inexpérimentée, qui tombe sous l'emprise de Paul. Leurs relations, teintées de désarroi et de dépendance, les mènent dans des sphères d'où il est difficile de revenir, même quand la caméra ne tourne plus. D'ailleurs, Maria Schneider, décédée il y a deux ans, a toujours dit que ce film lui avait volé une partie de sa vie, au grand regret de Bernardo Bertolucci, le réalisateur. Le mercredi 2 octobre, 21h.

PLUS:pc