POLITIQUE

Décontamination de Lac-Mégantic: à Québec de chiffrer ses demandes, croit Lebel

24/09/2013 01:56 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST
PC

OTTAWA - Avant de s'offusquer de la lenteur du gouvernement fédéral à s'engager pour la phase de décontamination de Lac-Mégantic, Québec devrait d'abord faire ses devoirs en chiffrant ses demandes, croit Denis Lebel.

En entrevue à La Presse Canadienne, le lieutenant québécois de Stephen Harper a assuré qu'Ottawa sera là pour la phase de décontamination de la municipalité estrienne, après s'être d'abord engagé à la hauteur de 60 millions $ pour la première phase d'urgence.

Pas moins de 5,7 millions de litres de pétrole ont été déversés lors du déraillement du train à Lac-Mégantic, qui a fait 47 morts le 6 juillet dernier.

«On est là à Mégantic depuis le début. On va continuer à l'être — incluant la décontamination», a souligné le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales.

Mais M. Lebel s'insurge de l'attitude de son homologue provincial Alexandre Cloutier. Le ministre québécois s'est plaint lundi de n'avoir reçu aucune réponse à une lettre adressée à M. Lebel, datée du 5 septembre, dans laquelle il lui demandait de s'engager par écrit au partage de l'ensemble du fardeau financier de la tragédie de Lac-Mégantic.

Pour M. Lebel, il est «bien clair» que M. Cloutier recevra une réponse. Mais il insiste pour le faire selon son «calendrier».

«Je me pose des questions (sur les intentions de M. Cloutier). Ça fait cinq ans que je suis ministre, je n'ai jamais rendue publique une lettre comme celle-là. Surtout pas après si peu de temps», a-t-il rétorqué.

Et surtout, signale-t-il, si Québec chiffrait ses demandes, il serait «plus facile» d'y répondre.

«S'ils veulent qu'il se passe des choses par écrit, qu'ils nous écrivent en nous disant à combien on devrait s'attendre, l'engagement qu'on nous demande. Pour l'instant, on n'a pas ça.»

À Québec, M. Cloutier a soutenu qu'il était encore trop tôt pour chiffrer les demandes envers Ottawa.

«Il est trop tôt pour identifier une somme parce qu'il n'y pas juste la décontamination qui est en jeu, il y a aussi toute la question du chemin de fer : est-ce qu'on se lancera dans une nouvelle voie de contournement du village? Tout ça pour l'instant reste à déterminer», a-t-il expliqué en point de presse.

C'est donc un «engagement moral» par écrit que M. Cloutier exige de la part de M. Lebel. «Nous souhaitons que les travaux liés à la décontamination commencent dès le mois d'octobre. Mais on sait tous que les sommes en jeu seront nettement supérieures à celles qui étaient d'abord planifiées.»

Quant à M. Lebel, il prévient que si Québec veut l'amener dans «une chicane» avec le provincial sur le dossier, il ne mordra pas à l'hameçon.

INOLTRE SU HUFFPOST

Explosion d'un train à Lac-Mégantic