NOUVELLES

Costa Concordia: les avocats des victimes demandent des explications

24/09/2013 11:53 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST

GROSSETO, Italie - Le capitaine du paquebot qui a fait naufrage sur les côtes de la Toscane en janvier 2012 a reçu un coup de pouce inattendu lors de son procès, mardi, quand les représentants des familles des victimes ont soulevé plusieurs questions.

Francesco Schettino est accusé d'homicide involontaire et d'avoir causé un naufrage. Il est passible de 20 ans de prison s'il est reconnu coupable.

Schettino répète depuis le début qu'il n'est pas le seul responsable de la tragédie qui a fait 32 morts. Mardi, ses avocats et ceux des familles des victimes ont demandé si des génératrices d'urgence, des pompes et des ascenseurs défectueux n'ont pas contribué à alourdir le bilan.

Le paquebot Costa Concordia s'est abîmé le 13 janvier 2012 quand le capitaine Schettino s'est possiblement trop approché des côtes de l'île de Giglio pour impressionner les 4200 passagers à bord.

Un récif a éventré le navire sur une longueur de 70 mètres. Le paquebot a ensuite commencé à se renverser sur le côté.

Contrairement à cinq autres employés de Costa Crociere SpA, Schettino n'a pas été autorisé à négocier son plaidoyer.

«Schettino est le seul intimé mais il n'est pas le seul responsable, a dit l'avocat Daniel Bocciolini, qui représente plusieurs survivants dans un procès civil rattaché aux procédures criminelles. Il n'est pas responsable des canots de sauvetage qui n'ont pas pu être déployés ou des génératrices d'urgence (qui n'ont pas fonctionné).»

Bruno Neri, un ingénieur de l'Université de Pise qui conseille le groupe de défense des consommateurs Codacons, dont les avocats participent aussi au procès, a dit que le navire était «condamné à couler» mais que le bilan aurait pu être moins lourd.

«Les passagers n'étaient pas enchaînés au navire, a-t-il déclaré à l'Associated Press pendant une pause de l'audience. Sans la panne d'électricité, peut-être que certains auraient survécu.»

Pour sa part, Schettino s'est réjoui de voir les avocats des victimes chercher à identifier tous les responsables. «Je veux que la vérité soit connue», a-t-il dit à l'Associated Press pendant une pause.

PLUS:pc