POLITIQUE

Conseil du statut de la femme: injures et acrimonie à Québec

24/09/2013 03:02 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST
PC

L'Assemblée nationale à Québec a été le théâtre d'échanges acrimonieux, mardi, alors que se poursuit la controverse entourant les nominations du gouvernement Marois au conseil d'administration du Conseil du statut de la femme.

Rappelons que toute cette controverse tire son origine des propos tenus, la semaine dernière, par la présidente du Conseil, Julie Miville-Dechêne, qui accuse le gouvernement d'avoir nommé, au sein du conseil d'administration de l'organisme, quatre femmes en faveur de la Charte des valeurs québécoises.

Les vifs échanges ont démarré après que le vice-premier ministre, François Gendron, eut allégué que la députée libérale Christine St-Pierre avait elle-même fait preuve d'ingérence, du temps qu'elle était ministre, en écartant la présidente du Conseil du statut de la femme de l'époque, Christianne Pelchat. En guise de réplique, Christine St-Pierre a déclaré que, loin d'avoir été écartée, Mme Pelchat avait plutôt reçu une promotion. La prédécesseure de Julie Miville-Dechêne est désormais déléguée générale à Mexico.

Le débat a atteint un sommet d'acrimonie quand des propos grossiers à l'encontre de Pauline Marois ont traversé le plancher du salon bleu, d'après ce qu'ont rapporté le leader parlementaire du gouvernement, Stéphane Bédard et le whip du gouvernement, Marjolain Dufour, à la sortie de la chambre.

« Elle s'est excusée », a par la suite déclaré Pauline Marois aux médias, en faisant référence aux propos qu'aurait lancés la députée Christine St-Pierre. Cette dernière a elle-même publié des excuses sur son compte Twitter : « J'ai rencontré Madame Marois en personne après la période de questions et j'ai présenté mes excuses », a écrit Christine St-Pierre. 

Françoise David réclame de la dignité dans les débats

La porte-parole parlementaire de Québec solidaire, Françoise David, a déploré en conférence de presse le ton qui entache les échanges entourant la Charte des valeurs québécoises. Mme David réclame, « si c'est possible », de l'impartialité et « pas trop de partisanerie ».

Françoise David a l'intention d'appuyer la motion présentée par la députée Christine St-Pierre, motion qui vise à réaffirmer l'indépendance du Conseil du statut de la femme. Québec solidaire s'attend à ce que la Coalition Avenir Québec (CAQ) appuie également cette motion, qui doit être débattue mercredi à l'Assemblée nationale du Québec. 

Avec les informations de Martine Biron

INOLTRE SU HUFFPOST

Les réactions à la présentation des principes de la Charte des valeurs