NOUVELLES

L'histoire de Liberace triomphe au gala de la télé américaine

23/09/2013 05:37 EDT | Actualisé 23/11/2013 05:12 EST

Le gala des prix Emmy était animé, hier soir, par Neil Patrick Harris, de retour après un passage triomphal, en 2009

Un texte de Tanya Lapointe

Il a fallu plus de trois heures pour connaître le grand gagnant des prix Emmy, une remise de prix interminable, ponctuée par plusieurs excellents gags et quelques rares moments d'émotion.

Trois prix pour Behind the Candelabra

C'est un film sur la vie du flamboyant Liberace, produit par HBO, qui a gagné le plus de prix pendant la soirée : trois en tout.

Behind the Candelabra a été sacré meilleur téléfilm, alors que le prix de la meilleure réalisation a été remis à Steven Soderberg, dont il s'agirait du dernier film. (On se permet d'en douter).

Le réalisateur a salué le travail des deux piliers de son film. Michael Douglas est d'ailleurs monté sur scène pour accepter le prix du meilleur acteur en remerciant Matt Damon, qui était en nomination avec lui dans cette catégorie.

« C'est un travail à deux mains » a-t-il lancé à son comparse en riant, faisant allusion à la relation amoureuse de leurs personnages dans le film. « Ce prix, on le partage. »

Rappelons que ce film a été retenu en compétition au Festival de Cannes, en mai dernier.

Quelques résultats étonnants

Certains experts avaient prédit que House of Cards, produit pour le Web par Netflix, allait brouiller les cartes cette année. Finalement, la série dramatique est partie avec un seul prix, celui de la meilleure réalisation remis à David Fincher (The Social Network, Fight Club).

Kevin Spacey, la star de House of Cards, a mordu la poussière dans la catégorie du meilleur acteur dans une série dramatique. Le prix est plutôt allé à Jeff Daniels pour son rôle de lecteur de nouvelles dans The Newsroom, une émission écrite par le brillant Aaron Sorkin (A Few Good Men, The Social Network).

Beaucoup (trop) d'hommages

Alors que l'animation de Neil Patrick Harris était rythmée et dynamique, le ton du gala était souvent alourdi par de trop longs hommages.

En plus du traditionnel segment dédié aux disparus, des discours ont été ajoutés, cette année, pour souligner certains décès marquants, dont celui du jeune acteur canadien Cory Monteith. « Ce soir, on fait le deuil de ce qu'il aurait pu devenir » a dit Jane Lynch, une des vedettes de la série Glee.

L'hommage le plus senti a été livré par Edie Falco, qui incarnait l'épouse de James Gandolfini dans Les Sopranos. Elle a salué le départ de son collègue de travail, mais surtout l'homme et l'ami qu'il était.

D'autres gagnants

La série Breaking Bad est repartie avec deux Emmy, dont le prestigieux prix de la meilleure émission dramatique et celui de la meilleure actrice de soutien (Anna Gunn).

La série Modern Family a été sacrée meilleure comédie et a obtenu le prix de la meilleure réalisation, remis à Gail Mancuso, la deuxième femme à recevoir cet honneur dans l'histoire du gala.

Deux prix ont aussi été remis pour le Colbert Report, pour Veep et pour Homeland. L'actrice Claire Danes a d'ailleurs salué le talent de l'auteur Henry Bromel, qui s'est éteint plus tôt cette année.

Soirée inégale

Malgré le ton parfois cérémonial du gala, les téléspectateurs ont eu droit à d'excellents moments télévisuels, dont les gags de Tina Fey, Will Ferrell, Sofia Vergara et de l'animateur Neil Patrick Harris, qui a donné allègrement dans l'autodérision.

Meilleur remerciement

Le discours le plus inusité (et le plus court) est survenu en début de soirée. L'actrice Merritt Weever est montée sur scène, visiblement sous le choc, pour accepter le prix de la meilleure actrice de soutien pour la comédie Nurse Jackie. Voici ce qu'elle a dit : « Merci beaucoup. Merci beaucoup. Je dois partir. Bye! »

PLUS:rc