NOUVELLES

Les Leafs ont été solidaires lors de la mêlée avec les Sabres, selon Bernier

23/09/2013 04:57 EDT | Actualisé 23/11/2013 05:12 EST

TORONTO - Le gardien des Maple Leafs de Toronto, Jonathan Bernier, estime qu'un événement comme une mêlée générale peut contribuer à regrouper une équipe.

La rivalité entre les Leafs et les Sabres de Buffalo a atteint de nouveaux sommets lors d'un match préparatoire au Centre Air Canada, dimanche, après qu'une rixe eut éclaté sur la glace.

L'attaquant de Toronto David Clarkson a d'ailleurs été suspendu pour 10 matches pour avoir quitté le banc afin de participer à la bagarre. Cela le privera de 269 230,80 $.

Fait rare: les deux gardiens ont aussi pris part à la mêlée, Bernier en étant venu aux coups avec le gardien des Sabres, Ryan Miller.

Un accrochage entre Jamie Devane des Leafs et Corey Tropp des Sabres a fait monter la tension d'un cran et la mêlée a commencé lorsque l'homme fort de Buffalo, John Scott, a tenté de se battre avec le joueur étoile de Toronto, l'ailier droit Phil Kessel.

Le côté négatif est que les Maple Leafs pourraient être privés de joueurs quand la saison commencera, le 1er octobre, mais Bernier a dit que même si l'équipe ne voulait pas voir un ou plusieurs de ses joueurs suspendus, l'important dans cette histoire était que les Leafs avaient été solidaires les uns envers les autres.

«Je pense que cette solidarité est une bonne chose, a dit Bernier, qui ne s'était pas battu depuis les rangs juniors. C'est sûr que nous ne voulons pas de suspension pour commencer la saison, mais le principal a été que nous avons tous été là l'un pour l'autre. C'est ce qui compte.»

La scène chaotique avait un air d'antan, quand les gants tombaient sans qu'on y pense trop. La mêlée a d'ailleurs alimenté beaucoup de conversations lors de l'entraînement des Maple Leafs, lundi. Les deux équipes vont croiser le fer à nouveau le 15 novembre, à Buffalo.

L'entraîneur des Leafs, Randy Carlyle, a dit qu'il n'aurait pas dû envoyer Kessel sur la glace après le combat Devane-Tropp.

«C'est sûr que j'ai fait une erreur, mais je n'aurais jamais pensé qu'on s'attaquerait directement à un joueur comme lui, a dit Carlyle. Je me trompais.»

Scott fait six pieds huit et 270 livres, et le club torontois n'a pas tardé à vouloir protéger son franc-tireur.

«Je pense que tous les gars sans exception voulaient sauter sur la glace, a dit le centre Joe Colborne, des Leafs. Vous ne voulez pas laisser un coéquipier se débrouiller seul dans un cas comme ça. Toute la situation est regrettable mais bon c'est fait, et il faudra simplement accepter la réponse de la ligue et aller de l'avant.»

«Que ce soit un match préparatoire, de saison régulière ou de séries, ça ne change rien, a ajouté son coéquipier Nazem Kadri. Notre approche est la même. Nous sommes compétitifs et nous voulons gagner, et nous n'allons pas laisser des gestes comme ça rester impunis.»

PLUS:pc