NOUVELLES

La FDA réglementera des applications médicales pour téléphones intelligents

23/09/2013 03:04 EDT | Actualisé 23/11/2013 05:12 EST

WASHINGTON - Des représentants de la Food and Drug Administration (FDA) ont indiqué que l'agence s'apprêtait à réglementer de nouvelles applications pour téléphones intelligents permettant aux utilisateurs de surveiller leur état de santé.

Avec l'arrivée des iPhones, appareils Android et autres téléphones intelligents ont été créées une multitude d'applications pour aider les gens à demeurer en santé. Des analystes estiment qu'il existe déjà plus de 17 000 applications médicales, allant des calculateurs de calories aux moniteurs cardiaques de pointe.

La FDA a expliqué lundi que la vaste majorité de ces applications ne posent aucun risque pour les utilisateurs si elles sont défectueuses et qu'elles ne seront donc pas réglementées. L'agence compte plutôt se concentrer sur les quelques applications qui transforment les téléphones intelligents en appareils médicaux — comme des moniteurs cardiaques — et sur les instruments pouvant se brancher aux téléphones, comme les brassards servant à prendre la pression.

La majorité des applications médicales sont gratuites et offrent des fonctions simples, en permettant par exemple aux utilisateurs de noter les aliments qu'ils consomment ou de calculer les calories brûlées par l'exercice. Mais de plus en plus d'entreprises conçoivent des applications plus complexes et des instruments pouvant offrir des examens et des fonctions autrefois réservés aux médecins.

Ces outils permettent aux utilisateurs de prendre des photos de leurs tympans, de détecter des battements de coeur irréguliers ou d'observer le fonctionnement de leurs poumons. Plusieurs de ces outils peuvent coûter 100 $ US ou plus.

Les représentants de la FDA ont indiqué lundi qu'ils ont déjà approuvé 75 de ces «applications médicales mobiles», dont 25 au cours de la dernière année. Selon eux, quelque 500 millions de propriétaires de téléphones intelligents dans le monde utiliseront une application mobile médicale d'ici 2015.

PLUS:pc