NOUVELLES

La Chine veut concurrencer Hollywood

23/09/2013 08:12 EDT | Actualisé 23/11/2013 05:12 EST

L'homme le plus riche de Chine, Wang Jianlin, caresse de grands projets dans l'industrie cinématographique et souhaite faire de la ville portuaire de Qingdao la rivale orientale de Hollywood.

Wang Jianlin, qui dirige le conglomérat Dalian Wanda diversifié dans l'immobilier, le tourisme et le divertissement, a dévoilé dimanche son projet de « Cité du cinéma ». Plusieurs vedettes internationales étaient présentes pour l'occasion, dont Nicole Kidman, Ewan McGregor, Catherine Zeta-Jones, John Travolta et Leonardo DiCaprio.

L'investissement de 8,4 milliards de dollars permettra la construction d'un complexe cinématographique qui comptera 376 hectares et une dizaine de studios, dont le plus grand du monde à plus de 10 000 mètres carrés. Le complexe de Qingdao offrira également un studio sous-marin permanent, un centre de recherche et de développement Imax, des salles de cinéma ainsi que le plus grand musée de cire consacré à des vedettes de cinéma dans le pays.

Le plan détaillé par Dalian Wanda prévoit aussi la construction d'une marina, de huit hôtels et d'un parc d'attraction à proximité des studios de cinéma afin d'attirer les touristes. La première phase du projet devrait être achevée en juin 2016 et le complexe devrait être complété une année plus tard.

L'objectif fixé est de tourner une centaine de films par année, dont une trentaine de productions étrangères.

« Je ne sais pas si quiconque sera jamais en mesure de concurrencer Hollywood, mais étant donné la taille du box-office chinois, le deuxième marché mondial après les États-Unis, il faut être attentif à ce qui s'y passe », a commenté Hawk Koch, ancien président de l'Académie des Oscars.

Pour la première fois en cinq ans, les recettes de billetterie pour les films chinois ont doublé au premier semestre 2013. Les longs-métrages importés représentent toutefois plus de la moitié des revenus au box-office chinois, malgré le quota de seulement 34 films étrangers distribués chaque année dans le pays.

Mais l'heure n'est pas encore venue de parler d'un « Hollywood chinois », a estimé le comédien austro-allemand Christopher Waltz, invité à Qingdao.

PLUS:rc