NOUVELLES

Syrie: l'ambassade russe à Damas a été ciblée par un tir d'obus dimanche

22/09/2013 09:38 EDT | Actualisé 22/11/2013 05:12 EST

AMMAN, Jordanie - L'ambassade russe à Damas a été visée par un tir d'obus dimanche alors que la Russie se disait disposée à envoyer des observateurs militaires pour favoriser les démarches du régime syrien qui affirme vouloir céder son arsenal chimique.

La Russie est une alliée de premier plan du président syrien Bachar el-Assad et les rebelles visant à renverser son gouvernement avaient déjà ciblé, par le passé, la mission diplomatique russe avec des roquettes et des obus.

À Moscou, le ministère des Affaires étrangères a confirmé la plus récente attaque en soutenant que des obus ont atterri sur les terrains de l'ambassade.

Toujours d'après cette même source, trois travailleurs ont été blessés pendant l'attaque mais leur vie n'est pas menacée.

L'ambassade russe est située dans le district huppé de Mazraat el chouf qui abrite également plusieurs institutions de sécurité de la Syrie, un stade de soccer et des clubs de nuit.

Lors d'un autre assaut du même genre perpétré à l'extérieur de la capitale, deux personnes ont été blessées quand des éclats d'obus ont atteint un édifice résidentiel situé en banlieue de Jaramana.

Les attaques ont eu lieu alors que les efforts diplomatiques se poursuivent pour déterminer comment récupérer l'arsenal d'armes chimiques et biologiques de la Syrie et ainsi tenter d'éviter une répétition du scénario du 21 août, moment où une offensive menée à l'extérieur de Damas a tué plus de 1400 personnes incluant 400 enfants, selon un bilan américain.

Washington et ses alliés européens et arabes accusent le régime El-Assad d'être à l'origine du massacre perpétré avec des armes chimiques tandis que le président syrien et la Russie blâment les rebelles.

La semaine dernière, un rapport des Nations unies a confirmé l'utilisation de sarin lors de l'attaque du mois d'août.

Plus de 100 000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit en Syrie qui a commencé en mars 2011.

Des millions de civils ont également pris la fuite dans l'espoir de trouver refuge dans des parties plus sécuritaires du pays ou encore au Liban, en Jordanie, en Turquie et en Irak.

PLUS:pc