NOUVELLES

Attentat meurtrier dans une église du Pakistan: au moins 78 morts

22/09/2013 06:12 EDT | Actualisé 22/11/2013 05:12 EST

PESHAWAR, Pakistan - Deux kamikazes ont fait sauter leurs bombes à l'extérieur d'une église chrétienne du Pakistan, dimanche, tuant au moins 78 personnes lors de l'attaque la plus mortelle contre la minorité chrétienne du pays, ont annoncé des responsables.

Une aile des talibans pakistanais a revendiqué le double attentat commis dans la ville de Peshawar, affirmant qu'elle continuerait de cibler les non-musulmans jusqu'à ce que les États-Unis cessent les attaques de drones dans la zone tribale du pays.

La plus récente de ces attaques a eu lieu dimanche, lorsque des missiles ont frappé deux installations du Waziristan du Nord, tuant six présumés talibans, ont indiqué des responsables des services de renseignement pakistanais.

L'attentat contre l'église, qui a blessé 141 personnes, relance le questionnement sur l'utilité de la volonté gouvernementale de relancer le processus de paix avec les extrémistes. L'attaque est survenue alors que les citoyens quittaient l'endroit pour prendre un repas gratuit sur le parvis.

Les survivants pleuraient et se serraient les uns contre les autres après les explosions. Les murs blancs de l'église, qui a ouvert ses portes à la fin des années 1800, ont été criblés de trous provoqués par les roulements à bille enchâssés dans les bombes pour provoquer le plus de dégâts possible. Du sang tachait le sol et les murs.

Parmi les 78 morts, on compte 34 femmes et sept enfants, a fait savoir le ministre de l'Intérieur Chaudhry Nisar Ali Khan. Trente-sept autres enfants ont aussi été blessés.

Le nombre de victimes des explosions était si élevé que l'hôpital s'est trouvé à court de cercueils pour les morts et de lits pour les blessés, a-t-on fait savoir.

Ahmad Marwat, qui s'est identifié comme le porte-parole de l'aile Jundullah des talibans pakistanais, a revendiqué la responsabilité de l'attaque.

«Tous les non-musulmans du Pakistan sont nos cibles, et ils le demeureront tant et aussi longtemps que les États-Unis poursuivent les attaques de drones dans le pays», a-t-il déclaré à l'Associated Press en provenance d'un endroit non identifié.

Ce groupe extrémiste a déjà revendiqué des attaques contre la minorité chiite dans la province du Balouchistan (sud-ouest). Les sunnites extrémistes comme les talibans considèrent que les chiites sont des hérétiques.

PLUS:pc