POLITIQUE

Marceau reconnaît que le déficit zéro pourrait être plus difficile à atteindre que prévu

21/09/2013 02:38 EDT | Actualisé 21/11/2013 05:12 EST
PC

L'atteinte de l'équilibre budgétaire au Québec en 2014 semble de plus en plus incertaine.

Dans une entrevue accordée à l'émission Les Coulisses du pouvoir, le ministre des Finances et de l'Économie, Nicolas Marceau, affirme toujours cibler cet objectif, mais il reconnaît du même souffle qu'il lui faudra attendre la mise à jour économique prévue cet automne avant de pouvoir se prononcer définitivement. Cette entrevue sera diffusée demain sur Ici Radio-Canada Télé.

Il y a environ deux semaines, le ministre Marceau soutenait qu'il s'agissait d'un « engagement ferme », contrairement à la première ministre, Pauline Marois, qui affirmait la veille que l'échéancier pourrait être revu.

En entrevue avec Emmanuelle Latraverse, Nicolas Marceau apporte quelques nuances. « J'ai convenu avec vous qu'il y avait un problème du côté des revenus. Je pense que c'est quelque chose qui apparaît dans les documents budgétaires que nous avons publiés. C'est l'ampleur de ça qui doit être évaluée », reconnaît-il.

Un directeur du budget avant la prochaine campagne électorale ?

Nicolas Marceau dit travailler de concert avec le ministre de la Participation citoyenne et des Institutions démocratiques, Bernard Drainville, pour que le gouvernement se dote d'un directeur du budget. Une telle personne pourrait fournir une analyse indépendante de l'état des finances du Québec et ainsi éviter les guerres de chiffres entre le gouvernement et l'opposition.

« L'idée de se donner une institution supplémentaire qui aurait pour mandat, par exemple, de faire rapport aux Québécois à l'aube d'une campagne électorale du véritable état des finances publiques, je pense que ce serait utile et je suis très ouvert à cela. Mon collègue Bernard Drainville et moi-même avons entrepris le travail là-dessus. Je dois vous dire que ce n'est pas si simple, mais c'est quelque chose qui serait utile pour la suite des choses », explique Nicolas Marceau.

Le Parti québécois avait fait cette proposition lors de la dernière campagne électorale, mais ne l'a toujours pas concrétisée. Plus tôt cette semaine, l'opposition libérale a déposé une motion demandant que le vérificateur général se penche sur l'état des finances publiques pour éviter les interprétations divergentes des chiffres du gouvernement.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois