NOUVELLES

Le grand pari québécois du Casino de Montréal

21/09/2013 01:35 EDT | Actualisé 20/11/2013 05:12 EST

Le Casino de Montréal s'est offert une grande cure de rajeunissement pour célébrer son 20e anniversaire. En novembre, les paris se feront dans une toute nouvelle ambiance, résultat d'un investissement de 300 millions de dollars.

Les travaux de rénovation ont débuté il y a quatre ans. Dans moins de deux mois, c'est un casino comme neuf qui sera dévoilé au public.

« On va faire la démonstration que des gens d'ici [...] peuvent être autant, sinon meilleurs, que ce qu'on peut retrouver à Las Vegas, ou ailleurs dans le monde », annonce fièrement François Lacoursière, de l'agence de communication Sid Lee.

Le grand projet du Casino de Montréal est le résultat de travaux effectués entièrement par des artisans québécois.

Dans un tourbillon

Le nouveau casino se décline sous forme d'un « tourbillon » où l'on trouve plus d'intensité « en son centre ». « Si on a besoin de moins de distractions, on va à l'extérieur de son centre », explique François Lacoursière.

Le « tourbillon » est notamment constitué d'un écran géant de la grandeur d'un terrain de tennis. Il prend vie grâce à des animations créées par Moment Factory, le célèbre studio de Montréal. Cet écran servira en partie d'immense carte postale pour mettre Montréal en valeur.

D'autres entreprises québécoises comme Solotech ont aussi collaboré au vaste chantier. Au terme de quatre ans de travaux, elles se réjouissent d'avoir mené le projet avec des économies de quelques millions de dollars par rapport au budget prévu.

Devant le résultat final, le directeur général du Casino de Montréal, François Hanchay, se dit « extrêmement content ».

Aucun hasard

Ce n'est pas un hasard si on a choisi l'expertise québécoise pour mener ce grand projet à terme. La clientèle internationale étant de plus en plus rare, le casino mise davantage sur les joueurs d'ici pour renflouer ses coffres.

Le Casino de Montréal espère ainsi augmenter ses recettes de 60 millions de dollars par année.

De leur côté, des opposants doutent de la rentabilité de ces rénovations, jugées exubérantes, alors que l'offre au niveau mondial est importante.

D'après un reportage de Louis-Philippe Ouimet

PLUS:rc