NOUVELLES

Une campagne discrète à Saint-Augustin-de-Desmaures

20/09/2013 05:04 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

La campagne électorale se fera plutôt discrète à Saint-Augustin-de-Desmaures. Aucune affiche électorale n'a été installée dans la municipalité, puisque le parti du maire sortant Marcel Corriveau n'a aucune opposition pour l'instant.

Âgé de 64 ans, Marcel Corriveau sollicite un quatrième et dernier mandat au sein de la même équipe ou presque.

Le maire sortant a présenté les enjeux de son parti Horizon Saint-Augustin au premier jour de la campagne électorale vendredi. Avant de tirer sa révérence, il espère régler l'épineux dossier de la quote-part que doit verser la Ville à l'agglomération de Québec.

Marcel Corriveau estime que la facture est beaucoup trop élevée. Selon ses chiffres, le montant est passé de 12 millions $ à 21 millions $ entre 2008 et 2013.

« À Montréal, la quote-part de cette année par rapport à l'an passé a augmenté de 2,6 %. Ici, ça augmenté de 12 %. Ça vous donne une idée dans quel sens on voudrait aller, que l'augmentation soit à peu près l'équivalent de l'inflation ou de l'augmentation des dépenses de la Ville de Québec, qui sont d'à peu près 5 % », explique M. Corriveau.

S'il est réélu, il veut aussi poursuivre le développement domiciliaire en misant sur les condos et le locatif. « On va faire de la haute, moyenne et basse densité. Actuellement, on n'a plus de secteurs pour de la maison unifamiliale, pour les familles », précise-t-il.

Marcel Corriveau veut aussi poursuivre la construction du complexe sportif multifonctionnel et le développement du parc industriel.

Les personnes intéressées à se présenter contre l'équipe de Marcel Corriveau ont jusqu'au 4 octobre pour déposer leur candidature auprès du Directeur général des élections.

« Le 4 octobre, le président d'élection fait le décompte des candidatures qu'il a reçu et s'il constate que pour un poste ou un autre il n'y a qu'une seule candidature, il déclare la personne élue par acclamation », explique Denis Dion, porte-parole du Directeur général des élections.

Si aucun candidat ne se manifeste, les citoyens n'auront donc pas à aller aux urnes le 3 novembre.

PLUS:rc