NOUVELLES

Prix des céréales à la baisse à cause d'une production record

20/09/2013 03:27 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

Les agriculteurs de l'ouest du Canada doivent s'attendre à vendre leurs grains à bas prix en raison de leurs productions qui vont battre des records cette année, estime la Commission canadienne du blé (CCB).

« Le plus grand problème est qu'en général, ce phénomène s'observe à l'échelle planétaire. La production céréalière mondiale atteint un niveau record de 710 millions de tonnes », explique Neil Townsend, directeur de la recherche sur les marchés à la CCB.

M. Townsend ajoute qu'en plus de ce désavantage sur les marchés, une production céréalière généreuse fait craindre un faible niveau de protéines et un manque d'espace de stockage pour les grains.

Des records

Les récoltes céréalières atteindront des niveaux jamais vus auparavant dans les Prairies, affirme Neil Townsend.

Les records seront améliorés de plus de 10 % pour le blé ordinaire, le blé dur et le canola, ajoute M. Townsend, qui précise qu'on récolte jusqu'à 49 boisseaux par acre alors que le record des dix dernières années ne dépassait pas 42 boisseaux par acre.

« Nous avons eu d'excellentes températures, la technologie a également aidé les gens à produire davantage. Maintenant, nous voyons que si la météo coopère, la production des champs atteindra des niveaux que vous n'avez jamais vus auparavant », explique le spécialiste des marchés.

Neil Townsend s'attend à ce que la production des principaux grains de l'Ouest canadien (blé, blé dur, avoine, orge, canola, seigle et lin) atteigne 61,4 millions de tonnes cette année, contre une moyenne de 47,7 millions depuis neuf ans.

Tendance confirmée

Dans son rapport du mois de juillet, Statistique Canada anticipait une production record de canola, de blé, d'avoine et d'orge.

L'agence fédérale, qui publiera son rapport final le 4 décembre, a prévu que la récolte totale de blé sera de 30,6 millions de tonnes, ce qui représente une hausse de 12 % par rapport à 2012.

Les projections des États-Unis relatives à la production canadienne sont même plus généreuses, soit 31,5 millions de tonnes.

Selon Lynn Jacobson, président de la Fédération de l'agriculture de l'Alberta et agriculteur d'Enchant, au nord de Lethbridge, la pluie et la chaleur sont arrivées au bon moment dans la plupart des régions.

M. Jacobson précise que des endroits qui étaient souvent secs, sans irrigation, dans le sud de la province, ont reçu beaucoup d'humidité et connaissent une très bonne production.

PLUS:rc