NOUVELLES

La plus grande partie de tous les temps

20/09/2013 03:05 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

Il y a cent ans, Francis Ouimet, un golfeur de père québécois, est devenu le premier amateur à remporter l'Omnium des États-Unis. Sa victoire revêtait un caractère si exceptionnel qu'elle devait changer le cours de l'histoire.

Fils d'Arthur Ouimet et de Mary Ellen Burke, Francis Ouimet est né le 8 mai 1893 à Brookline, au Massachusetts. Son père, Arthur Ouimet, a vu le jour le 15 février 1849 à Terrebonne. Sa mère était Irlandaise.

Véritable incarnation du rêve américain, Ouimet venait d'une famille très modeste dont la demeure se trouvait en face du terrain de golf local, le Country Club. Rapidement, l'adolescent s'est intéressé à ce sport auquel il s'est initié en jouant avec les balles perdues qu'il trouvait près de chez lui. Ouimet est ensuite devenu caddie au Country Club, dont les membres, tout comme la plupart des joueurs de golf, étaient issus de la haute société.

À l'époque, le golf professionnel ne bénéficiait pas du statut dont il jouit aujourd'hui. Seuls d'anciens caddies s'y adonnaient afin de gagner leur vie. Ouimet, autodidacte, a participé à différents tournois amateurs avant de décrocher la victoire au championnat du Massachusetts à l'âge de 20 ans. Remarqué, il a été invité à prendre part au championnat professionnel, l'Omnium des États-Unis, par le président de la United States Golf Association, Robert Watson. Mais Ouimet a refusé étant donné que sa participation priverait sa famille des sommes qu'il gagnait en travaillant dans un magasin de sport.

Un important omnium américain

La première édition de l'Omnium a eu lieu en 1895 et les 16 premiers tournois ont été remportés par des joueurs anglais ou écossais. Toutefois, en 1911 et en 1912, c'est un Américain, John McDermott, qui a savouré la victoire, une première. Donc, en 1913, appuyés par un magnat de la presse britannique, les Anglais Harry Vardon et Ted Ray ont fait le voyage pour venger l'honneur national. Il s'agissait des deux plus grands joueurs de leur génération et le tournoi, normalement disputé en juin, a été retardé jusqu'au mois de septembre pour s'assurer de leur participation.

Une solution a bientôt été trouvée pour que Ouimet soit lui aussi de l'événement tenu cette année-là au Country Club, en face de la maison familiale. À la surprise générale, le joueur local s'est présenté avec un caddie de 10 ans, Eddie Lowery. Encore plus surprenant, il s'est qualifié pour la grande finale où il serait opposé à Vardon, déjà vainqueur de plusieurs tournois majeurs, et à Ray, dont la portée des coups avait la particularité d'estomaquer les spectateurs.

Envisageant sa victoire, le New York Times avait la veille publié l'histoire en première page. Le triomphe de Ouimet, qui a remis une carte de 72 alors que Vardon et Ray ont respectivement conclu le parcours en 77 et 78 coups, ne laisse aucun doute quant au niveau de son jeu. « Aujourd'hui, nul besoin de trouver des excuses, devait déclarer Vardon, nous avons tous les deux été vaincus par un jeu de la meilleure qualité possible. Les États-Unis ne peuvent qu'être fiers de leur nouveau champion. »

« À Vardon et à Ray, a écrit Ouimet dans un article relatant sa victoire, je peux dire que je les admire à titre de grands golfeurs et de sportifs modèles, et je suis désolé que nous n'ayons pas pu gagner tous les trois. » Et sur son caddie de 10 ans qui, tout au long du parcours, lui a prodigué des conseils, le vainqueur a écrit : « Son apport dans ma victoire est inestimable ».

L'héritage

L'exploit de Francis Ouimet a fait la manchette des deux côtés de l'océan, excepté au Québec, où il semble avoir eu peu d'échos. Seul le Quebec Chronicle met la nouvelle en première page le 22 septembre 1913.

Aux États-Unis, Ouimet est généralement considéré comme le père du golf amateur. Dix ans après son improbable réussite, le nombre de golfeurs américains a triplé et quantité de terrains de golf, dont certains étaient publics, ont été construits.

Il est plus tard devenu le premier non Britannique à être élu capitaine du très prestigieux Royal and Ancient Golf Club of St Andrews, en Écosse, l'un des plus anciens clubs de golf du monde. En 1949, la bourse d'étude Francis Ouimet Scholarship Fund a été mise sur pied pour venir en aide à des caddies. En 1974, il a été intrônisé au World Golf Hall of Fame. En 1988, un timbre américain à son effigie a été mis en circulation.

Finalement, en 2002, sa biographie (The Greatest Game Ever Played) a été écrite par Marc Frost, cocréateur avec David Lynch de la télésérie Twin Peaks. Le film tiré du livre, et mettant en vedette Shia LaBeouf, a été réalisé en 2005 par Bill Paxton. Une entrevue datant de 1963, qui marquait le 50e anniversaire de sa victoire, a été incorporée au DVD du film.

Francis Ouimet est décédé à Newton, au Massachusetts, le 2 septembre 1967. Entre-temps, il avait réalisé un autre rêve, celui de devenir homme d'affaires et courtier en valeurs mobilières. Il avait également épousé Stella M. Sullivan et eu deux filles, Janice et Barbara. Lors de ses funérailles, son grand ami de toujours, l'ancien caddie Eddie Lowery, était porteur.

PLUS:rc