NOUVELLES

Campagne électorale : le mode de consultation publique fera l'objet de débats

20/09/2013 05:54 EDT | Actualisé 20/11/2013 05:12 EST

Un des enjeux de la campagne électorale à Québec pourrait être le mode de consultation publique. Plusieurs acteurs économiques trouvent que le citoyen a trop de pouvoir pour bloquer les projets.

Le directeur régional de l'Institut de développement urbain du Québec, Stéphane Dion, mentionne que c'est au gouvernement provincial de changer les règles du mode de consultation publique. Toutefois, ajoute-t-il, la Ville doit faire pression pour que Québec agisse.

« On le voit encore avec l'îlot Esso après l'îlot Irving après l'îlot Lapointe après Nodelo, le réflexe du "pas dans ma cour" a toute sa place dans le cadre législatif règlementaire actuel. »

Le directeur général de la Société de développement commercial du quartier Montcalm, Marc-André Pâlin, abonde dans le même sens. Selon lui, le système de consultation publique ne fonctionne pas.

« Ce n'est pas normal qu'actuellement, 10 % des gens puissent stopper un projet ou à peu près, qu'il y ait des îlots qui ne peuvent pas voter. Donc, il y a vraiment un système à revoir au niveau des consultations publiques », affirme-t-il.

La campagne électorale a débuté vendredi dans 1103 municipalités du Québec.

PLUS:rc