NOUVELLES

Manuel et Ingrid ont fait 97 morts et 68 disparus au Mexique

19/09/2013 06:45 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

ACAPULCO, Mexique - Avec un long et sourd grondement, une masse de terre, de cailloux et de boue a dévalé les flancs d'une colline et submergé les maisons et les rues de La Pintada, ensevelissant la moitié du petit village mexicain et possiblement 68 de ses habitants dans sa course folle vers la rivière située plus bas.

Cet incident est le plus mortel à être survenu après que la tempête Manuel et l'ouragan Ingrid eurent frappé le Mexique presque simultanément le week-end dernier, provoquant des inondations et des glissements de terrain qui ont fait 97 morts jusqu'ici, sans compter les disparus de La Pintada.

Le coordonnateur de la protection civile, Luis Felipe Puente, a précisé que les gens manquant à l'appel dans le village n'avaient pas encore été ajoutés au bilan des victimes. Le secrétaire de l'Intérieur, Miguel Angel Osorio Chong, a laissé entendre que certains pourraient avoir survécu et s'être réfugiés dans des ranchs ou des hameaux voisins.

Les photos prises par le gouvernement mexicain montrent des ponts effondrés et des routes bloquées par des coulées de boue, dont l'Autoroute du Soleil, un axe majeur à quatre voies qui relie Acapulco et Mexico. Toutes les routes menant à la ville touristique située sur la côte du Pacifique étaient encore fermées jeudi.

Les autorités fédérales mexicaines ont mis en place des centres d'aide, mais ont été accusées par certains de ne pas en avoir fait assez pour prévenir la population de l'arrivée imminente des tempêtes et d'avoir préféré s'occuper des festivités et du défilé militaire du jour de l'Indépendance, qui ont retenu dans la capitale de nombreux avions et véhicules d'urgence qui auraient été plus utiles dans les États d'où ils provenaient.

Le porte-parole du ministère de la Sécurité publique, Eduardo Sanchez, a toutefois balayé les critiques de la main, assurant les reporters que le protocole en matière de situation d'urgence avait été suivi à la lettre.

Après avoir dévasté Acapulco, la tempête Manuel a frappé jeudi l'État de Sinaloa, dans le nord du Mexique, avec la force d'un ouragan avant de commencer à faiblir. Les responsables de la protection civile de l'État ont annoncé que certaines régions étaient déjà inondées et que plus de 2000 personnes avaient été évacuées.

Une dépression tropicale se dirigeait également vers la côte du golfe du Mexique, déjà ébranlée par l'ouragan Ingrid, alors que le pays peine à reprendre le contrôle de la situation et à porter secours aux personnes prises au piège par les inondations.

À Acapulco, des centaines de touristes ont fait la file pour une deuxième journée, jeudi, à une base des forces aériennes située à la périphérie de la ville, attendant que des avions militaires leur permettent de rentrer chez eux.

Selon les autorités mexicaines, plus de 10 000 voyageurs ont été transportés hors de la municipalité mercredi, soit une fraction des quelques 40 000 à 60 000 touristes qui y seraient toujours coincés.

PLUS:pc