NOUVELLES

L'un des fils de Kadhafi rate une audience à Tripoli, mais comparaît à Zintan

19/09/2013 07:32 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

TRIPOLI, Libye - L'un des fils de l'ex-leader libyen Mouammar Kadhafi ne s'est pas présenté à une audience devant un tribunal de Tripoli, jeudi, parce que la milice qui le tient prisonnier a refusé de l'envoyer dans la capitale, un incident qui illustre les difficultés du gouvernement central de la Libye à faire respecter son autorité dans la foulée de la guerre civile qui a déchiré le pays.

Seif al-Islam Kadhafi, l'une des figures les plus connues du régime de son père, a plutôt comparu dans le cadre d'une autre audience à Zintan, une ville de l'ouest de la Libye, où il est détenu par des miliciens depuis la fin du conflit. Le juge a ajourné son procès jusqu'au 12 décembre en raison d'un manque de preuves.

Un représentant du bureau du procureur public du pays, Al-Seddik al-Sur, a déclaré aux journalistes jeudi que les autorités libyennes avaient demandé à la milice d'expliquer pourquoi Seif al-Islam n'avait pas été transféré à Tripoli comme prévu.

Le procès dans la capitale concerne 38 anciens responsables du gouvernement de Kadhafi, dont l'ancien chef du service de renseignement libyen Abdallah Senoussi. Seulement 36 d'entre eux ont toutefois assisté à l'audience de jeudi. En plus de Seif al-Islam, un autre accusé non identifié était aussi absent.

Cette audience devait permettre aux procureurs de présenter leurs preuves au juge afin que ce dernier les évalue et décide si d'autres investigations étaient nécessaires avant de déposer les accusations officielles, qui devraient être liées aux meurtres commis durant les huit mois de guerre civile en 2011.

Le fils de Kadhafi et Senoussi sont également réclamés par la Cour pénale internationale pour répondre à des accusations de meurtres et de persécution relativement à des événements survenus au début du conflit libyen.

Cet été, les magistrats du tribunal basé à La Haye, aux Pays-Bas, ont décrété que la Libye ne pouvait pas offrir un procès juste à Seif al-Islam Kadhafi et ont demandé aux autorités libyennes de leur confier le prisonnier.

PLUS:pc