NOUVELLES

L'OIAC se réunira dimanche pour discuter de l'arsenal chimique syrien

19/09/2013 07:47 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

LA HAYE, Pays-Bas - Les membres de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) se réuniront dimanche afin de déterminer comment accélérer le processus visant à prendre le contrôle et à détruire l'arsenal chimique de la Syrie, a annoncé jeudi un porte-parole.

Selon Michael Luhan, le conseil exécutif de l'OIAC discutera de l'accord conclu samedi dernier par les États-Unis et la Russie en vertu duquel le régime de Bachar el-Assad doit remettre ses armes chimiques à la communauté internationale afin qu'elles soient détruites.

Cette entente prévoit que les inspecteurs seront de retour en sol syrien d'ici novembre afin de compléter leur première évaluation. Toutes les composantes des armes chimiques syriennes devraient être retirées du pays ou détruites d'ici le mois de juin 2014.

Les États-Unis et la Russie font partie des 41 pays représentés au conseil exécutif de l'OIAC.

Dans un communiqué conjoint envoyé aux membres du conseil et mis en ligne sur le site Web de l'OIAC jeudi, les deux nations ont affirmé qu'elles comptaient transmettre au conseil dans les prochains jours l'ébauche d'une résolution proposant une procédure spéciale pour la vérification et la destruction rapide de l'arsenal chimique de la Syrie.

L'OIAC avait indiqué plus tôt cette semaine que l'opération visant à détruire les armes chimiques syriennes serait vite lancée. Cette déclaration a été faite dans la foulée de la diffusion du rapport de l'ONU, qui a confirmé que du gaz sarin avait été utilisé lors d'une attaque en banlieue de Damas le mois dernier.

Le régime Assad doit fournir une liste complète de ses armes chimiques et de ses usines de fabrication. Les experts de l'OIAC qui se rendront en Syrie examineront les sites d'entreposage et de production afin de s'assurer que le gouvernement syrien a tout divulgué.

Dans une entrevue avec la chaîne télévisée américaine Fox News Channel réalisée à Damas et diffusée mercredi, Bachar el-Assad a affirmé que l'attaque chimique du 21 août avait été perpétrée par des terroristes. D'après Washington, l'assaut a tué plus de 1400 personnes, dont des centaines d'enfants.

Le président syrien a précisé qu'il avait remis à la Russie les preuves que des groupes terroristes avaient eu recours au gaz sarin et a soutenu que Moscou avait des images prises par satellite montrant que les roquettes employées durant l'attaque avaient été lancées depuis une autre région.

Même si le rapport de l'ONU n'a pas désigné de coupable, plusieurs spécialistes l'ayant examiné ont conclu que tous les éléments pointaient dans la direction des forces d'Assad.

Bachar el-Assad a assuré que son gouvernement se conformerait à l'entente conclue par les États-Unis et la Russie, et céderait son arsenal chimique à la communauté internationale. Il a estimé que la destruction des armes coûterait 1 milliard $ et prendrait environ un an.

PLUS:pc