Huffpost Canada Quebec qc

Tir groupé de l'opposition à Québec concernant les emplois

Publication: Mis à jour:
PAULINE MAROIS
PC

L'opposition a fait de l'économie son premier sujet à la période de questions à l'Assemblée nationale, jeudi avant-midi.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) se livrent à une guerre de chiffres avec le gouvernement concernant les pertes d'emplois et les investissements au cours des derniers mois.

Le chef de l'opposition officielle, Jean-Marc Fournier, a cité des analystes et chefs d'entreprises qui ont critiqué ces derniers jours le bilan du gouvernement en matière de création d'emplois.

« Est-ce que la première ministre peut sortir du déni, reconnaître les difficultés économiques, assumer la responsabilité du recul économique et accepter à travailler à corriger le tir? », a-t-il demandé.

« On a perdu 45 000 emplois au cours des derniers mois. La première ministre peut-elle avouer aux Québécois qu'elle les a induits en erreur? », a dit de son côté le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault.

« Je regardais les prévisions de croissance de la Banque Nationale, et c'est exactement ce que nous avions prévu. Nos investissements croissent plus rapidement que ce qui se passe en Ontario et dans le reste du Canada. Il y a 62 000 emplois de plus qu'à la même période l'année dernière », a rétorqué la première ministre Pauline Marois, en réponse à la question de Jean-Marc Fournier.

Il a aussi été question du développement des régions.

Le gouvernement a aussi dû se défendre de vouloir « tabletter » le rapport D'Amours sur l'avenir du système de retraite québécois. La ministre du Travail, Agnès Maltais, a assuré n'avoir aucune intention de mettre de côté les recommandations du rapport, répétant ce qu'elle avait dit plus tôt cette semaine.

« C'est tout le contraire d'un tablettage. Nous allons agir avec diligence et intelligence. Selon M. D'Amours lui-même, il faut prendre le temps et ne pas précipiter les choses avec quelque chose d'aussi important que les régimes de retraite. C'est ce que nous allons faire », a dit la ministre Maltais.

Il n'a pas été question de la Charte des valeurs québécoises, même si le sujet continuer de susciter le débat.

Aussi sur Le HuffPost:

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction