NOUVELLES

La dette au coeur de la campagne électorale de Démocratie Québec

19/09/2013 04:53 EDT | Actualisé 18/11/2013 05:12 EST

La campagne électorale municipale n'est pas encore officiellement commencée à Québec que l'opposition dévoile une de ses stratégies. Démocratie Québec cible la hausse fulgurante de la dette de la ville.

Le parti Démocratie Québec prétend que cette dette a augmenté de près d'un milliard de dollars depuis l'arrivée de l'Équipe Labeaume en 2007. Le chef de Démocratie Québec, David Lemelin, a même donné le surnom de « Monsieur Dette » au maire Régis Labeaume, lors d'un point de presse jeudi.

David Lemelin estime qu'aborder le thème de la dette au cours de la campagne électorale est extrêmement important. « Ce sujet va émailler chacune de nos présentations parce que la dette, on la subit dans toutes les sphères d'activité de la Ville de Québec [...] le Monsieur Dette, il me semble que ça lui va bien », a-t-il dit.

Enn après-midi jeudi, la Ville a contesté le montant de la dette, il se situe à 500 millions de dollars.

Lundi, avant son départ pour une mission économique en Californie, le maire Labeaume a fait le point sur les dépenses qui ont été effectuées dans les infrastructures. Il a révélé que les sommes d'argent consacrées à ce secteur étaient passées de 50 millions à 150 millions de dollars au cours des dernières années, ce qui expliquerait en partie l'augmentation de la dette, selon lui. « C'est très facile de ne pas augmenter la dette, c'est de ne pas investir. Si j'avais voulu, la dette elle baisserait, j'aurais l'air d'un champion. Un gars extraordinaire et tout un gestionnaire, mais, j'aurais été tout un irresponsable », a-t-il dit il y a quelques jours.

La campagne électorale s'amorce vendredi dans 1,104 municipalités.

PLUS:rc