NOUVELLES

La Syrie va détruire ses armes chimiques, selon Assad

18/09/2013 07:13 EDT | Actualisé 18/11/2013 05:12 EST
AFP

WASHINGTON - Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé que son pays n'était "pas en guerre civile", mais attaqué par des "dizaines de milliers de jihadistes", la plupart d'Al-Qaïda, dans un entretien à la télévision américaine FoxNews diffusé mercredi soir.

M. Assad, dont l'interview a été réalisée à Damas mardi, s'est en outre adressé indirectement à son homologue américain Barack Obama en l'exhortant à "écouter le bon sens de (son) peuple".

Dans ce long entretien mené par deux journalistes américains de FoxNews, le président syrien a assuré que son pays n'était "pas en guerre civile".

"Nous avons une guerre, une nouvelle sorte de guerre" avec des "dizaines de milliers de jihadistes" de plus de 80 nationalités différentes.

"Ce que je peux vous dire c'est que 80% -- certains disent 90%, nous n'avons pas de données précises -- de ces terroristes sont membres d'Al-Qaïda et de ses branches", a dit le chef de l'Etat, qui s'exprimait en anglais.

D'après lui, depuis le déclenchement du conflit il y a deux ans et demi, "des dizaines de milliers de Syriens" et 15.000 soldats gouvernementaux ont été tués, la plupart par "des attaques terroristes, des assassinats et des attentats suicide".

Il a encore affirmé que l'attaque aux armes chimiques du 21 août était le fait des rebelles et non de ses forces armées.

Les Occidentaux et plusieurs pays arabes accusent le régime de Damas d'avoir perpétré ce massacre, qui a failli déclencher des frappes militaires américaines et françaises.

La Russie, alliée de la Syrie, et les Etats-Unis ont scellé samedi un accord à Genève sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien.

À LIRE AUSSI

Des combattants d'Al-Qaïda s'emparent d'une ville en Syrie

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




Les armes artisanales des rebelles en Syrie