POLITIQUE

Mairie de Montréal: Mélanie Joly présente 10 engagements électoraux

18/09/2013 05:05 EDT | Actualisé 19/09/2013 05:54 EDT
Agence QMI

Système d’autobus bonifié et artères commerciales sollicitées: la candidate à la mairie de Montréal Mélanie Joly a dévoilé mercredi matin ses 10 principaux engagements «simples à comprendre, très pragmatiques et visionnaires» en vue des élections en novembre prochain.

De toutes ses promesses, la création d’un service rapide par bus (SRB) est celle qui lui tient le plus à cœur. « C'est un projet très structurant, très porteur. Il faudra évidemment un investissement massif, mais ça répond à un besoin criant pour Montréal.» Il en coûterait de 5 à 10 millions par kilomètre pour le SRB selon Mélanie Joly, qui soutient que le SRB coûte huit fois moins cher que le tramway, projet-phare de Projet Montréal, ainsi que 40 fois moins que le prolongement du métro retardé à maintes reprises.

Le problème des logements insalubres figure aussi à l’agenda de l’aspirante mairesse. Il est question de mesures punitives pour les propriétaires des immeubles non-règlementaires qui bonifieraient le budget de la Direction de l’habitation et des arrondissements consacré à l’application de la règlementation.

Celle qui siège sur le conseil d’administration du Musée d’art contemporain de Montréal veut encadrer l’image artistique de la métropole avec un conservateur de l’art public montréalais. Mélanie Joly suggère aussi de transformer le Silo numéro 5 en « YouTube géant » avec la diffusion de vidéos et espère pouvoir accueillir plus d’événements de grande envergure « 365 jours par année » au parc Jean-Drapeau. Une promesse qui risque de fâcher les habitants du centre-ville de Montréal et de la Rive-Sud avec la pollution sonore. « Montréal a la chance de briller au niveau international. On ne fera pas le party tous les jours non plus... »

Un centre-ville en fête

Il n’est pas question de retarder l’heure des fermetures des bars jusqu’à 5h30, mais bien d’instaurer une « Charte de la vie nocturne », de prolonger l’ouverture des commerces jusqu’à 21h la fin de semaine et rendre la rue Sainte-Catherine piétonne pendant la période estivale. Mélanie Joly veut ainsi « éviter les erreurs du passé » lors de travaux majeurs sur les artères commerciales, qui ont eu pour conséquence une diminution de la clientèle.

« Nous voulons assurer une vitalité nocturne, mais aussi une bonne cohabitation avec les habitants. Nous aurons besoin de la participation citoyenne pour construire la Charte. »

Les engagements du Vrai changement pour Montréal ont un coût, mais le rapport détaillé ne sera pas dévoilé avant samedi.

Un rapport naïf et inégal, selon Marcel Côté

Les promesses électorales de Mélanie Joly ont attiré les foudres de Coalition Montréal, qui a vivement critiqué ses idées. « À maints égards, il s’agit d’un travail d’écolier, avec du plagiat à peine déguisé de divers documents de planification de la Ville de Montréal et d’organismes associés, tels que le Plan d’action canopée, le cadre d’intervention en art public et les documents de planification en matière de transport de la STM », a-t-il fait valoir via un courriel envoyé aux médias.

De nouveaux visages dans l’équipe Joly

Le Vrai changement pour Montréal compte neuf candidats supplémentaires, dont Marie-Claude Johnson, fille de l’ex-premier ministre Pierre Marc Johnson. Elle se présente dans Notre-Dame-de-Grâce. Y a-t-il d’autres noms connus à prévoir? Mystère. « Il y a d'autres candidats à la notoriété accrue! » promet Mélanie Joly.

Alors que Mélanie Joly a pris part au débat entre les candidats à la mairie à l'Institut du Nouveau Monde, LCN ne présentera un débat qu'avec Denis Coderre, Richard Bergeron et Marcel Côté. Une exclusion qui ne semble pas déranger la candidate, confiante qu'elle a un bon appui de la population.

LIRE AUSSI:

» Mélanie Joly, la quatrième candidate (ENTREVUE)

» Oser maintenant pour bâtir le Montréal de demain

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

Les candidats à la mairie de Montréal s'amusent en campagne
7 sites montréalais abandonnés