NOUVELLES

Des émeutes éclatent au Bangladesh après la condamnation d'un opposant

18/09/2013 06:24 EDT | Actualisé 18/11/2013 05:12 EST

DACCA, Bangladesh - Des partisans du plus important parti islamiste du Bangladesh ont affronté des policiers, mercredi, dans le cadre d'une grève nationale organisée après que la Cour suprême du pays ait condamné à mort un leader de l'opposition.

Abdoul Quader Mollah, un membre influent du parti Jamaat-e-Islami, a écopé de cette sentence mardi, relativement à des crimes de guerre commis lors de la guerre d'indépendance du Bangladesh face au Pakistan en 1971. Mollah a été reconnu coupable d'avoir ordonné la mort d'une famille de quatre personnes dans la capitale, Dacca.

La décision ne peut être portée en appel. Mollah pourra toutefois demander un pardon présidentiel.

La formation politique avait immédiatement annoncé l'organisation d'une grève générale pour dénoncer le verdict.

Des écoles et des commerces étaient fermés, mercredi. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour chasser des manifestants qui ont lancé des bombes artisanales, érigé des barricades et lancé des pierres aux forces de l'ordre. Des images diffusées à la télévision montraient des manifestants armés de bâtons qui attaquaient des autobus et des voitures.

Au moins une personne a été tuée.

La formation de Mollah est une proche alliée du principal groupe d'opposition du pays, qui est dirigé par l'ancien premier ministre Khaleda Zia. M. Zia est un rival de la première ministre Sheikh Hasina.

M. Zia accuse le gouvernement d'utiliser l'appareil judiciaire pour affaiblir l'opposition.

PLUS:pc