NOUVELLES

BlackBerry ne commente pas une éventuelle vague de licenciements

18/09/2013 04:21 EDT | Actualisé 18/11/2013 05:12 EST
PC

MONTRÉAL - Le fabricant canadien de téléphones intelligents BlackBerry a refusé mercredi de commenter des informations de presse selon lesquelles il procéderait à une vague de licenciements massifs d'ici la fin de l'année.

Citant des sources non identifiées, le quotidien Wall Street Journal a affirmé que BlackBerry s'apprêterait à réduire de 40% son personnel d'ici la fin de l'année par des coupes affectant l'ensemble de ses activités.

"Nous ne commenterons pas des rumeurs et des spéculations", a indiqué BlackBerry dans un courriel adressé à l'AFP.

"Comme nous l'avons déjà annoncé, nous sommes dans la deuxième phase de notre plan de transformation. D'autres décisions organisationnelles suivront pour faire en sorte que nous ayons les bonnes personnes aux bons postes pour saisir de nouvelles occasions dans l'informatique mobile", a ajouté l'entreprise en grande difficulté, qui n'écarte plus de se vendre à un tiers.

BlackBerry, qui comptait 12 700 salariés en mars, n'a plus fourni d'indications sur ses effectifs depuis cette date.

Depuis le début de l'été, BlackBerry a procédé à quelques suppressions de postes, dont 250 salariés à son siège social de Waterloo, au sud de Toronto, fin juillet.

Ces suppressions faisaient suite aux pertes de 84 millions de dollars qu'a subies le groupe au premier trimestre, malgré le lancement de son Z10, premier appareil de sa nouvelle gamme censée le relancer.

Jadis chef de file du marché des téléphones intelligents, BlackBerry est en chute continue depuis au moins trois ans et avait été contraint l'an dernier de licencier 5 000 employés à travers le monde.

À LIRE AUSSI

BlackBerry dévoile son nouveau téléphone intelligent, le BlackBerry Z30

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




Lancement du BlackBerry 10