NOUVELLES

Allyson McConnell aurait été retrouvée morte en Australie

18/09/2013 07:47 EDT | Actualisé 18/11/2013 05:12 EST

Allyson McConnell, cette femme reconnue coupable en Alberta d'avoir noyé ses deux fils, se serait donné la mort en Australie, où elle a été expulsée en avril dernier, rapportent des médias australiens qui citent des sources policières.

Le corps d'une femme a été découvert mercredi matin sur des rochers en dessous du pont Brian McGowan, à Gosford, près de Sydney. Des médias locaux affirment que la police leur a dit qu'il s'agissait de la dépouille d'Allyson McConnell. Une déclaration officielle est attendue plus tard mercredi.

La police de l'État australien de la Nouvelle-Galles-du-Sud a diffusé un communiqué indiquant que la femme trouvée morte ne serait pas identifiée avant la fin de la semaine, mais qu'elle serait âgée de 35 ans et viendrait de Gosford. Au moment de la déportation de Mme McConnell, les médias locaux avaient spéculé qu'elle irait s'établir dans cette ville.

En apprenant la nouvelle, le vice-premier ministre de l'Alberta Thomas Lukaszuk a écrit sur Twitter que « la maladie mentale fait de tous des victimes. Triste fin à ce qui était déjà une tragédie. »

Le gouvernement albertain s'était insurgé de la libération de Mme McConnell après seulement 15 mois de détention, alors qu'elle avait été condamnée à six ans. Il voulait qu'elle reste au Canada le temps que la Couronne puisse faire appel de la libération, mais le gouvernement fédéral avait autorisé l'expulsion.

Acte de vengeance, selon la Couronne

Jayden, 10 mois, et Connor, 2 ans, ont été trouvés morts, noyés dans le bain de leur résidence de Millet, à 40 kilomètres au sud d'Edmonton, le 1er février 2010. C'est le père des enfants, Curtis McConnell, qui a trouvé les corps.

Allyson McConnell était accusée de meurtre au deuxième degré, mais la juge Michelle Crighton a affirmé qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour prouver que la femme avait tenté de tuer les deux garçons.

Lors du procès, la Couronne avançait que la mère des enfants avait tué ses enfants pour se venger de son mari, Curtis, qui avait demandé le divorce. La défense soutenait que sa cliente ne pouvait être reconnue responsable des meurtres des enfants parce qu'elle souffrait d'une maladie mentale et qu'elle était incapable d'exécuter un assassinat.

Tentative de suicide

Lors de son témoignage, l'accusée avait affirmé avoir pris des médicaments pour dormir et avoir bu des boissons alcoolisées durant la soirée du 29 janvier 2010. Elle avait ajouté qu'elle souhaitait ainsi faire une surdose, parce qu'elle était au bout du rouleau à ce moment.

Au moment du drame, Allyson et Curtis McConnell étaient en instance de divorce. Le couple s'était séparé un mois après la naissance de Jayden, en mars 2009. M. McConnell avait alors fait chambre à part dans le sous-sol de la maison de Millet, mais il avait déménagé huit mois plus tard, au moment du dépôt de la demande de divorce.

L'accusée souhaitait retourner dans son pays natal, l'Australie, avec ses enfants, ce à quoi le père s'opposait. Trois mois avant la mort des enfants, un juge avait conclu que ces derniers devaient rester au Canada.

Dans un exposé conjoint des faits, les avocats de la Couronne et de la défense s'étaient entendus sur le fait que Mme McConnell avait tenté de s'enlever la vie dans sa maison après avoir noyé les garçons.

PLUS:rc