POLITIQUE

Jean-François Lisée appelle au respect et parle de bonifier la Charte des valeurs québécoises

17/09/2013 10:08 EDT | Actualisé 17/11/2013 05:12 EST
PC

Le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, affirme que le projet de charte des valeurs pourra toujours être bonifié à la suite du débat public.

Cependant, le ministre qualifie de «racisme dégueulasse» les dérapages qui ont été constatés depuis que ce débat a été lancé et il invite les citoyens à débattre dans le respect et, surtout, dans le respect de ceux et celles qui portent des signes religieux ostentatoires, puisque ce sont eux qui sont visés par les intentions de son gouvernement.

« Il est important de dire à [...] nos concitoyens de toutes les religions, qui font le choix - parfaitement légitime - de porter des signes religieux dans leur vie privée, dans leur vie publique, dans leurs emplois et dans leurs emplois de la fonction publique, qu'ils sont ici chez eux », a déclaré le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée.

Le ministre Lisée intervient ainsi dans le but de calmer les passions suscitées par le débat entourant le projet de charte des valeurs québécoises dans la métropole.

Le ministre Lisée souligne que ces citoyens « ont ce droit et qu'il est inacceptable à qui que ce soit de leur reprocher ce choix ».

Le ministre Lisée a rappelé les étapes franchies depuis des décennies qui ont mené à la laïcisation de l'État. Il estime que le projet de charte des valeurs québécoises est une étape de plus dans le processus de déconfessionnalisation de l'État amorcée dans les années 1970. Il rappelle que les membres des congrégations religieuses avaient, à ce moment, accepté de délaisser leurs habits religieux pour enseigner aux enfants. Plus récemment, les commissions scolaires québécoises ont abandonné leurs distinctions confessionnelles pour en adopter de nouvelles sur des bases linguistiques.

M. Lisée croit que les convictions religieuses doivent être proscrites au sein de l'appareil étatique comme le sont les convictions politiques et sociales. Il insiste pour dire que le débat devait se faire dans le respect et a invité les groupes visés par la Charte des valeurs québécoises à se faire entendre.

Charte et droit individuel

M. Lisée a indiqué que, selon lui, la neutralité de l'État est plus importante que certains droits individuels. Il cite l'exemple des parents qui ont été dépossédés du droit acquis, pour leurs enfants, de recevoir des cours pastoraux à l'école. « Au nom de la neutralité de l'école, le gouvernement a décidé que ces activités devaient avoir lieu à l'église et non à l'école », a illustré M. Lisée. « C'était un droit acquis de plusieurs générations et on a accepté collectivement que la neutralité de l'État était plus importante que ce droit individuel de chacun des parents du Québec. »

Il a effectué le même parallèle avec le droit individuel d'afficher ses convictions politiques et sociales qui est dénié aux fonctionnaires de l'État. « On a déjà établi cette neutralité pour les autres convictions, poursuit M. Lisée. La liberté individuelle de dire au monde qu'on est pacifiste ou écologiste ou végétarien ou en faveur des sables bitumineux s'arrête à la porte de la fonction publique québécoise. »

« Aujourd'hui , on fait un pas de plus, poursuit-il. On dit la neutralité de l'État c'est aussi la neutralité des gens qui représentent l'État face à tous les citoyens. »

M. Lisée relève le cas du Royaume-Uni qui a choisi de permettre à ses fonctionnaires de porter des signes religieux. Un juge a, par ailleurs, statué que les fonctionnaires devraient ainsi avoir le droit d'afficher leurs convictions philosophiques, relate le ministre Lisée. Il estime que les Québécois ont le droit de tenir à leur tour ce débat.

Le ministre Lisée explique que les droits de retrait prévu au projet de charte ont été élaborés afin d'assurer une plus longue transition dans certaines municipalités, comme Côte-Saint-Luc, et au sein de certaines institutions, comme l'Hôpital général juif, qui font partie de l'histoire québécoise.

Quant aux crucifix de l'Assemblée nationale, il explique son maintien par respect pour l'histoire chrétienne du Québec.

Il rappelle que le gouvernement demeure ouvert aux suggestions des citoyens. Il rappelle la devise de son gouvernement dans le dossier : « ferme sur l'objectif, mais souple sur les moyens ».

INOLTRE SU HUFFPOST

Les réactions à la présentation des principes de la Charte des valeurs