NOUVELLES

Des études approfondies sont recommandées sur la rente de longévité

17/09/2013 06:36 EDT | Actualisé 17/11/2013 05:12 EST

Oui aux régimes volontaires, prudence pour la rente de longévité : la commission parlementaire des Finances publiques, qui s'est penchée sur le rapport D'Amours sur les régimes de retraite, a déposé ses recommandations mardi.

Sur la question de la rente de longévité, la commission recommande des études plus approfondies. Cette rente concerne les salariés de plus de 75 ans et serait financée à parts égales par les salariés et les employeurs.

Selon la commission, la mise en application de cette recommandation du rapport D'Amours demanderait une harmonisation avec le gouvernement fédéral et ses modalités de gestion devraient être évaluées attentivement.

La commission recommande également des études plus approfondies de la bonification des régimes de retraite du Québec et du financement des régimes de retraite à prestation déterminée.

Par ailleurs, les membres de la commission ont recommandé la mise en œuvre rapide des régimes volontaires d'épargne retraite.

La ministre du Travail, Agnès Maltais, s'est défendu de vouloir mettre le rapport D'Amours aux oubliettes. « Il y a unanimité qu'il faut étudier profondément des aspects du rapport comme la rente de longévité », a déclaré la ministre, qui a indiqué que ce sujet était au menu des discussions lors d'une conférence des ministres du Travail.

Selon Mme Maltais, la recommandation concernant l'harmonisation avec le fédéral est « déjà en marche ».

La ministre a précisé que les études demandées seraient prêtes à l'été 2014.

Cependant, la Coalition avenir Québec dit ne pas croire aux bonnes intentions du gouvernement.

Pour Christian Dubé, le porte-parole de la CAQ en matière de finances et de travail, la demande formulée par des municipalités comme Québec et Montréal pour un projet de loi dès cet automne, afin qu'il y ait de nouvelles règles en janvier 2014, ne semble pas avoir une oreille attentive chez le gouvernement.

« On va tabletter la plupart des recommandations [de la commission], c'est très malheureux pour nos payeurs de taxe », a déclaré M. Dubé.

PLUS:rc