NOUVELLES

Des rebelles philippins enlèvent un chef de police dans le sud du pays

17/09/2013 08:04 EDT | Actualisé 17/11/2013 05:12 EST

ZAMBOANGA, Philippines - Un chef de police qui avait été enlevé par des rebelles musulmans dans le sud des Philippines, mardi, a été libéré au bout de quelques heures.

Le surintendant Jose Chiquito Malayo et trois de ses hommes avaient été capturés par une vingtaine de membres du Front de libération nationale Moro dont ils tentaient d'obtenir la reddition.

Les insurgés ont dit être arrivés d'une île voisine pour participer à une manifestation pacifique en appui à leurs camarades qui, eux, retiennent des dizaines de personnes en otage depuis plus d'une semaine. Les rebelles ont choisi de se rendre quand les hostilités ont repris.

La crise a éclaté le 9 septembre quand l'armée philippine a empêché les rebelles de prendre le contrôle de Zamboanga, une importante ville portuaire de près d'un million d'habitants située à environ 860 kilomètres au sud de Manille.

L'armée dit avoir repris 70 pour cent de la zone contrôlée par les rebelles et libéré une centaine d'otages. Une opération militaire menée mardi a permis à 64 otages de s'enfuir ou d'être secourus. Quatorze autres ont pu s'échapper peu après, portant à 116 le total des otages secourus au cours des 18 dernières heures.

Une centaine de rebelles détiennent les derniers otages dans cinq villages côtiers de Zamboanga.

Les insurgés reprochent au gouvernement de ne pas respecter les conditions d'un accord de paix conclu en 1996.

PLUS:pc