Huffpost Canada Quebec qc

Perquisition de l'UPAC au siège social du PLQ

Publication: Mis à jour:
PLQ
Radio-Canada

Radio-Canada a déposé une requête en Cour supérieure afin de connaître les motifs ayant conduit cet été les policiers de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) à mener dans la plus grande discrétion une perquisition au siège social du Parti libéral du Québec à Montréal.

Selon les informations obtenues par l'équipe d'Enquête, les policiers étaient à la recherche de preuves dans des dossiers de financement politique occulte.

La perquisition s'est déroulée dans la plus grande discrétion au mois de juillet dernier, au siège social du PLQ, à Montréal.

Tous les regards étaient alors tournés vers la tragédie de Lac-Mégantic.

Contrairement à ce qui s'était passé à l'hôtel de ville de Montréal, l'hiver dernier, où l'UPAC avait déployé un grand nombre d'enquêteurs, seul un petit groupe de policiers a pris part à la perquisition.

Une fois l'opération terminée, le mandat de perquisition a été mis sous scellé pour empêcher que
son contenu ne soit rendu public.

Or, Radio-Canada vient de déposer en Cour supérieure une requête visant à en connaître le contenu et à lever les scellés.

Cette requête vise l'UPAC, la Sûreté du Québec et le Directeur des poursuites criminelles et pénales. Elle sera présentée en cour vendredi prochain.

Cette perquisition s'inscrirait dans le cadre d'une enquête de l'UPAC sur la question du financement politique illégal.

Mais rien ne permet de savoir qui sont les individus visés.

Devant la commission Charbonneau, l'an dernier, l'ex-entrepreneur Lino Zambito avait témoigné sur sa participation à certaines activités de financement impliquant le PLQ.

Il avait éclaboussé au passage diverses personnalités politiques liées au Parti libéral, soit les ex-ministres Nathalie Normandeau et Line Beauchamp, l'ancien organisateur Pierre Bibeau et Violette Trépanier, ex-ministre et responsable du financement du parti.

M. Zambito avait même évoqué le lieu du siège du PLQ dans son témoignage en parlant d'une activité de financement politique qu'il avait organisée pour Nathalie Normandeau, en 2008. Cette soirée avait rapporté 110 000 $ grâce à l'utilisation de prête-noms, selon son témoignage.

Extrait du témoignage de Lino Zambito à la commission Charbonneau, le 4 octobre 2012 :

Question de la commission : « Et les chèques, le total des chèques ramassés lors de cette activité-là, vous dites que vous avez été les porter directement à Mme Trépanier sur la rue Waverly à Montréal. C'est exact? »

Réponse de M. Zambito : « Oui, je suis allé les porter à Mme Trépanier au bureau [...] Je suis allé porter des chèques au Parti libéral du Québec. [...] Moi, je peux vous dire, j'ai remis 90 000 $. »

En réaction au témoignage de Lino Zambito, Nathalie Normandeau avait affirmé, dans un communiqué publié le 10 octobre 2012, qu'elle avait toujours exercé ses fonctions de députée et de ministre avec honnêteté et intégrité.

On ignore si l'événement auquel M. Zambito faisait référence est à l'origine de la perquisition de juillet dernier.

Le Parti libéral confirme que cette perquisition a eu lieu et indique que la directrice générale du parti, Marie-Ève Ringuette, a été rencontrée par les enquêteurs.

Des sources ont aussi indiqué à Radio-Canada que des députés avaient reçu la visite de l'UPAC.

D'après le reportage d'Alain Gravel

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Conseil général du PLQ (15 juin 2013)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction