NOUVELLES

Cuba et les États-Unis discutent de la reprise du service postal direct

16/09/2013 06:00 EDT | Actualisé 16/11/2013 05:12 EST

LA HAVANE, Cuba - Des représentants américains et cubains se sont rencontrés lundi à Cuba pour relancer des discussions sur la possibilité de rétablir une liaison postale directe, 50 ans après sa suspension en raison des tensions découlant de la Guerre froide.

La délégation américaine était dirigée par Lea Emerson, directrice exécutive des affaires postales internationales du U.S. Postal Service, et comprenait des responsables du département d'État. Ils ont rencontré des homologues cubains.

Selon le département d'État américain, le but est de déterminer les détails d'un programme pilote pour transporter directement le courrier entre les deux pays, cinq décennies après l'annulation de la liaison, en 1963.

Actuellement, les lettres postées des États-Unis en direction de Cuba, et inversement, empruntent des circuits tortueux passant par des tiers pays, bien qu'à peine un peu plus d'une centaine de kilomètres ne séparent la nation insulaire de la Floride.

Les rencontres de lundi font suite à des négociations similaires tenues en juin à Washington. Cuba et les États-Unis ont également discuté de migration en juillet.

Ces deux séries de pourparlers étaient interrompues depuis 2009, lorsqu'un sous-traitant de l'Agence américaine de développement humanitaire (USAID), Alan Gross, a été arrêté alors qu'il apportait de l'équipement de communication restreint à Cuba.

Il a été condamné à 15 ans de prison pour crimes contre l'État, bien qu'il argue n'avoir jamais voulu nuire à Cuba, mais plutôt installer des réseaux Internet pour des groupes de juifs cubains.

La reprise des négociations, cette année, est vue comme un signe positif pour les relations entre les deux pays, même si les deux camps sont encore très éloignés sur plusieurs sujets, dont la détention de M. Gross, l'emprisonnement de cinq agents cubains aux États-Unis et l'embargo économique de Washington contre La Havane, vieux de 51 ans.

En l'absence de relations diplomatiques officielles entre les deux pays, de telles discussions ont, par le passé, servi de prétexte pour aborder d'autres questions.

En 2009, un haut responsable du département d'État, était resté à La Havane pendant près d'une semaine après des discussions sur le courrier, et avait rencontré le sous-ministre cubain des Affaires étrangères, dans le cadre des rencontres au niveau le plus élevé entre les deux pays depuis des décennies.

PLUS:pc