NOUVELLES

Charbonneau toujours en non-publication

16/09/2013 08:57 EDT | Actualisé 16/11/2013 05:12 EST

Les Québécois devront patienter encore quelque peu avant de pouvoir recommencer à suivre les travaux de la commission Charbonneau, les audiences publiques qui reprennent lundi demeurant frappées d'une ordonnance de non-publication.

Un texte de François Messier

La commission continue d'entendre Steve Laliberté, qui a commencé à raconter jeudi comment le Hells Angels Normand « Casper » Ouimet a manoeuvré pour infiltrer son entreprise de maçonnerie à la fin des années 2000.

Il sera suivi à la barre des témoins par l'entrepreneur Paul Sauvé, qui a déjà publiquement dénoncé en 2009 l'infiltration de son entreprise par le même groupe de motards criminalisés. Il avait raconté sa mésaventure deux ans plus tard dans le livre L'industrie de la corruption.

Le témoignage de M. Sauvé commencera assurément lundi, mais il semble d'ores et déjà acquis qu'il se poursuivra une bonne partie de la journée de mardi. La diffusion des audiences de la commission doit reprendre par la suite.

Les témoignages de MM. Laliberté et Sauvé sont livrés dans le cadre d'audiences consacrées au premier volet de l'enquête Diligence, lors de laquelle la Sûreté du Québec s'est penchée sur l'infiltration de l'économie légale par les Hells Angels.

Aavnt d'entendre le récit de Steve Laliberté, la commission a aussi entendu l'enquêteur de la SQ Michel Patenaude, qui a révélé les grandes conclusions de l'enquête.

Tous ces témoignages sont frappés d'une ordonnance de non-publication à la demande du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Ce dernier a évoqué le fait que le procès pour gangstérisme, extorsion et blanchiment d'argent que Normand « Casper » Ouimet et huit autres personnes doivent subir dans le cadre de l'opération Diligence est en cours, et que la diffusion de certains éléments de cette affaire risquait de compromettre leur droit à un procès juste et équitable.

Steve Laliberté fait également face à des accusations dans cette affaire, mais il subira son procès ultérieurement.

Quatre personnes ont déjà plaidé coupables dans cette affaire. Il s'agit de François Boivin, d'Yves Lafontaine, de Guy Dufour et de Jean Siminaro. 

Les ordonnances de non-publication touchant les témoins invités à parler de faits s'étant déroulés pendant l'opération Diligence pourront être contestées ultérieurement par les médias. Il en va de même pour les témoignages entendus la semaine dernière au sujet des opérations Hégémonie et Écrevisse,

Les citoyens qui veulent entendre ce qui se raconte sont admis dans la salle d'audiences de la commission, qui se trouve au 9e étage de l'immeuble gouvernement situé au 500, boulevard René-Lévesque Ouest, à Montréal.

PLUS:rc