NOUVELLES

Après des années d'efforts, la CSeries de Bombardier s'envole finalement

16/09/2013 09:59 EDT | Actualisé 16/11/2013 05:12 EST

MIRABEL, Qc - Après des années d’efforts, le premier avion CSeries de Bombardier (TSX:BBD.B) s’est finalement envolé pour son baptême de l’air, neuf mois plus tard que prévu, lundi, aux installations de l’avionneur à Mirabel.

Devant quelque 3000 employés, clients, clients potentiels et fournisseurs massés dans des gradins en bordure de la piste, l'appareil CS100 s'est envolé, un peu avant 10 heures, dans un ciel dégagé.

Environ 2h30 plus tard, vers 12h23, le pilote, Chuck Ellis, s'est posé sur la piste puis s'est dit satisfait du vol malgré un pépin mineur. «Ça a bien été», a-t-il dit en sortant de l'avion, tout en saluant la foule.

«C'est une journée très importante», a souligné le président du conseil d'administration de Bombardier, Laurent Beaudoin.

De son côté, le président de Bombardier Aéronautique, Guy Hachey, a avancé que l'entreprise était la première à présenter un nouvel appareil de cette catégorie depuis 1986.

«Ce genre d'événement n'arrive pas toujours», a confié ce dernier, qui n'a pas caché avoir eu quelques palpitations lorsque le CS100 s'est envolé.

Pour Pierre Beaudoin, président et chef de la direction de Bombardier, et fils de Laurent, la CSeries devrait répondre aux attentes en plus de dissiper les doutes. «Nous allons confirmer que ce sera un produit exceptionnel», a-t-il commenté.

Selon lui, les CS100, disponibles en configuration de 100 et 125 sièges, devraient être livrés dans 12 mois, à la suite d'une période d'essais en vol où cinq appareils d'essai seront mis à contribution.

Pierre Beaudoin n'a cependant pas écarté de nouveaux délais en ce qui a trait aux essais en vol.

«Il faut faire les choses de la bonne façon, a rappelé le pdg de Bombardier. Si nous avons à prendre plus de temps, nous allons le faire.»

L'autre modèle, le CS300, devrait quant à lui être disponible avant la fin de 2014. Deux avions d'essai seront assemblés.

Les attentes sont grandes pour le nouvel appareil de Bombardier, qui promet que la CSeries permettra une réduction de 15 pour cent des coûts d'exploitation en plus de consommer 20 pour cent moins de carburant que les avions de taille semblable présentement utilisés.

L'entreprise dit être en mesure de répondre à ces attentes grâce à son avion fait en partie de matériaux composites et propulsé par un moteur conçu par Pratt & Whitney.

Des données plus précises quant à la performance de la CSeries devraient par ailleurs être disponibles au cours des prochains mois, selon Bombardier.

Le chef de l'exploitation de Swiss Air, Rainer Hilterbrand, dont l'entreprise a commandé 30 appareils CS100 et CS300, est même allé au-delà des prévisions de l'entreprise québécoise en matière d'économie de carburant.

«Nous devrions être aux alentours de 23, 24 pour cent d'économies, a-t-il dit. C'est une importante progression.»

Bombardier a également promis un avion plus silencieux, ce qu'a semblé confirmer le président et chef de la direction de Porter Airlines, Robert Deluce, rencontré sur place.

«Je crois que les données vont confirmer que Bombardier sera capable de produire un appareil qui sera en mesure de voler au-dessus de la ville (de Toronto) et de nous aider à convaincre les autorités locales», a-t-il dit.

Porter Airlines a l'intention d'utiliser des appareils CSeries pour offrir des vols qui pourront atterrir sur une piste située sur un aéroport près du centre-ville de Toronto. Pour ce faire, la réglementation entourant cet aéroport devra être modifiée afin de permettre à de plus gros appareils d'y décoller et de s'y poser. La piste devra de plus être allongée, ce qui nécessitera un agrandissement de l'île sur lequel est situé cet aéroport.

L'entreprise espère que le nouvel appareil de Bombardier sera en mesure de faire taire les critiques qui s'opposent à ce projet, sous prétexte que les avions qui vont survoler Toronto seront trop bruyants.

En conférence de presse, le président de Bombardier Avions commerciaux, Mike Arcamone, a par ailleurs dit s'attendre à ce que le programme de la CSeries atteigne 3,9 milliards $ US, plutôt que les 3,5 milliards $ actuellement estimés.

La direction de l'avionneur a cependant rapidement corrigé le tir, indiquant que le budget actuel du programme de développement était bel et bien d'environ 3,5 milliards $.

Jusqu'ici quelque 800 personnes ont été embauchées pour la conception du nouvel appareil. Jusqu'à 3500 personnes pourraient être employées aux installations de Bombardier de Mirabel pour l'assemblage des avions.

Entre 120 et 240 appareils devraient être assemblés annuellement avec des pièces en provenance de Belfast, en Irlande, ainsi que de la Chine.

Bombardier a déjà reçu des commandes fermes pour 177 CSeries de la part d’une dizaine de clients. Ce nombre grimpe à 388 avions avec les options et les lettres d’intention.

Le cours de l'action de Bombardier à la Bourse de Toronto a clôturé en baisse de trois cents, à 4,96 $.

PLUS:pc