NOUVELLES

Crise post-électorale au Cambodge: la mobilisation se poursuit dans la capitale

15/09/2013 10:57 EDT | Actualisé 15/11/2013 05:12 EST

PHNOM PENH, Cambodge - La police anti-émeute de Phnom Penh, au Cambodge, a fait usage de bombes fumigènes et de canons à eau pour tenter de disperser des manifestants qui répliquaient en lançant des pierres, dimanche.

Les protestataires, qui ont juré de continuer à se mobiliser jusqu'à ce que la crise post-électorale soit résolue, manifestaient une fois de plus contre le gouvernement du premier ministre Hun Sen.

Au moins une personne a été tuée et six autres ont été blessées lors des affrontements entre manifestants et policiers survenus dans la capitale, dimanche. La majeure partie de la ville demeurait toutefois calme, alors que plus de 20 000 personnes manifestaient pacifiquement dans un parc du centre-ville pour exiger une enquête indépendante sur les résultats des élections de juillet.

Selon l'opposition, le scrutin aurait été entaché d'irrégularités, ce qui l'aurait privé de plusieurs gains pour former la majorité parlementaire. Le parti au pouvoir rejette ces allégations.

La veille du rassemblement, le roi du Cambodge avait organisé une rencontre entre le premier ministre Hun Sen et le leader de l'opposition, Sam Rainsy, pour la première fois en plusieurs années. Il les avait pressé, au nom de la stabilité nationale, de trouver une issue pacifique au conflit.

Aucune entente n'a été conclue mais les deux politiciens devraient se rencontrer à nouveau lundi.

PLUS:pc