DIVERTISSEMENT

Comiccon de Montréal, la culture populaire en évolution (PHOTOS)

15/09/2013 05:12 EDT | Actualisé 15/11/2013 05:12 EST
Ismaël Houdassine

La Charte des valeurs québécoise ne semble décidément pas avoir sa place au Comiccon de Montréal. Costumes, voiles, masques et symboles en tout genre sont légions au Palais des congrès depuis vendredi où se tient l’évènement le plus couru de la communauté geek.

Pas facile de s’y retrouver parmi les milliers de visiteurs et leurs nombreux habits colorés. Ils sont tous là ou presque. Bien entendu, on retrouve les valeurs sûres. Batman, Monsieur Spock et Princesse Leia conservent les faveurs des initiés. Mais les nouvelles figures qui font désormais leur apparition mettent au défi les connaissances en pop-culture du public. Certains ont bien réussi à reconnaître le folklorique Jack Frost ou le nain Thorin Lécudechesne tiré de l’œuvre de Tolkien, toutefois beaucoup sont demeurés sans voix à la vue de personnages énigmatiques.

«Il y a trente ans, la culture geek au Comiccon tournait essentiellement autour de Star Wars ou de Star Trek, explique le directeur de la programmation Cliff Caporale. Aujourd’hui, les choses ont bien changé. L’arrivée en force des séries, l’explosion des jeux vidéo et les gros films d’animation ont mis sur la carte, non seulement un imaginaire neuf, mais également de nouveaux héros. Super Mario, Princesse Zelda et Dragon Ball Z font maintenant partie intégrante de notre culture populaire».

Un changement survenu en 1993 grâce à l’arrivée sur le petit écran de X-Files : Aux frontières du réel. «Cette série a eu l’effet d’une bombe, car elle n’était plus destinée seulement aux connaisseurs, mais à tout le monde. Son récit, mélange d’enquête policière et de science-fiction, a passionné des millions de personnes à travers le globe, quel que soit l’âge ou le milieu social», raconte le directeur de la programmation.

D’ailleurs, le Comiccon a réservé tous les honneurs à Gillian Anderson, l’actrice américaine qui a interprété sur neuf saisons le personnage emblématique de Dana Scully. «Elle a accepté notre invitation. On est vraiment content puisque beaucoup de fans ici à Montréal rêvent de la rencontrer».

Selon Cliff Caporale, X-Files a ouvert la porte à toutes les autres séries à succès que l’on connaît aujourd’hui. «C’est évident, X-Files a changé la manière de faire les séries. C’est important pour le Comiccon de reconnaître l’impact précurseur de cette œuvre. Sans elle, on n’aurait sans doute jamais eu Lost ou The Walking Dead», dit-il.

Véritable lieu de rencontre, le Comiccon n’est plus cette foire à gadgets et autres souvenirs que viennent s’arracher les geeks. Et puis, les vedettes viennent maintenant en grand nombre rencontrer leurs admirateurs. Outre Gillian Anderson, le public a eu la chance de pouvoir s’entretenir avec le cultissime Lou Ferrigno (L’Incroyable Hulk), Manu Bennett (Le Hobbit : La désolation de Smaug) ou bien Frazer Hines (Doctor Who).

«On essaye d’avoir les grands noms, puisque ce sont eux qui représentent le succès des séries», précise Caporale. Une déception tout de même. Carrie Fisher (Princesse Leia) a annulé son arrivée dans la Métropole.

«On a quand même réussi à faire venir Sean Astin, l’acteur qui interprète Sam Gamegie dans la trilogie du Seigneur des Anneaux et David Prowse, nul autre que Dark Vador. Ce n’est quand même pas rien!»

Comiccon de Montréal 2013

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.