NOUVELLES

L'opposition syrienne élit un premier ministre intérimaire

14/09/2013 04:44 EDT | Actualisé 14/11/2013 05:12 EST

ISTAMBUL, Turquie - La plus importante coalition d'opposants au gouvernement syrien reconnue par l'Occident a élu un premier ministre par intérim, alors qu'elle cherche à se faire reconnaître en Syrie comme une option politique viable.

La Coalition nationale syrienne (CNS) a voté durant un congrès à Istambul, en Turquie, samedi. Un dentiste et militant politique de longue date, Ahmad Toameh, a été choisi pour diriger le parti.

Son élection survient au moment où les États-Unis et la Russie s'entendent pour détruire l'arsenal chimique de la Syrie et cherchent une issue aux discussions pour la fin du conflit syrien.

M. Touma est le second membre de la CNS à occuper ce poste, après Ghassan Hitto, qui a démissionné en juillet après seulement quelques mois en place.

Plusieurs membres de l'opposition, déjà divisée, s'étaient opposés à M. Hitto à cause de son apparente proximité avec les Frères musulmans, un groupe appuyé par le Qatar.

M. Touma devra organiser la gouvernance de parties de la Syrie contrôlées par divers groupes rebelles. Dans un discours, il a déclaré que la coalition travaillerait à refaire de la Syrie un pays qui respecte la vie et les droits humains.

«La Syrie sera une république humaine où il n'y aura pas de place pour les tueurs et les criminels», a-t-il dit, ajoutant espérer qu'un nouveau gouvernement en exil serait formé bientôt.

Selon la CNS, M. Toameh s'oppose au gouvernement syrien depuis 2001, alors qu'il a joint des groupes revendiquant plus de libertés et le relâchement de prisonniers politiques.

Une biographie publiée par la CNS affirme que M. Toameh a été détenu à plusieurs reprises par le régime syrien pour son travail et qu'il a déjà été condamné à deux ans et demi de prison. Il s'est par la suite joint à l'opposition sous un faux nom, parce qu'il vivait en Syrie. Après sa dernière détention en 2012, il a quitté le pays pour la Turquie.

PLUS:pc